Jeudi, 25 avril 2024
Opinion > Opinion >

Une deuxième Shireen

Mercredi, 08 juin 2022

Le sang de la martyre palestinienne Shireen Abu Aqleh n’a pas eu le temps de sécher que les forces d’occupation israéliennes ont assassiné une autre journaliste palestinienne il y a à peine quelques jours. Ghofrane Haroun Hamed Warasna (31 ans) a été tuée à l’entrée du camp Al-Oroub au nord de la ville d’Hébron. Le ministère palestinien de la Santé a indiqué que la jeune journaliste a été intentionnellement tuée par un sniper qui a tiré une balle ayant traversé sa poitrine du côté gauche pour sortir de l’autre côté. Le Croissant-Rouge palestinien a, par ailleurs, annoncé que les forces israéliennes avaient entravé l’arrivée de l’ambulance pendant près de 20 minutes sous prétexte du contrôle sécuritaire du véhicule. C’est ainsi qu’elle n’a pu être secourue de l’hémorragie interne et elle est arrivée morte à l’hôpital civil d’Hébron.

La martyre, originaire du village de Chioukh Al-Oroub, est une militante contre l’occupation. Elle avait été arrêtée en début d’année et n’avait été libérée qu’au mois d’avril. Mais elle n’était pas en état d’affrontement avec les forces israéliennes au moment de son assassinat. Elle était en route pour son travail et ne portait pas d’armes. Le ministère palestinien des Affaires étrangères a émis un communiqué dans lequel il a dénoncé le crime commis par les soldats de l’occupation contre la jeune journaliste.

En observant les crimes d’assassinat exécutés par les forces d’occupation israéliennes contre les journalistes et les hommes de médias, on ne peut que constater que ces opérations sont commises de manière méthodique et intentionnelle, conformément au plan d’extermination ethnique suivi par Israël dans les Territoires occupés, dans le cadre d’un programme scientifique étudié pour la liquidation physique du peuple palestinien et l’usurpation de ses terres et de ses biens à Jérusalem et en Cisjordanie. Où sont passées les organisations internationales des droits de l’homme qui ne semblent se soucier que des violations des droits de l’homme dans les pays arabes? Où sont passées les associations de défense de la liberté d’expression et de la protection des journalistes dans les lieux de conflits armés? Le monde s’est révolté contre l’assassinat de Shireen Abu Aqleh et a revendiqué la nécessité de condamner Israël. Mais rien n’a été fait jusqu’à présent. Si Israël n’est pas rendu coupable des crimes méthodiques qu’il perpètre contre le peuple palestinien, nous devrons alors nous attendre à une troisième et une quatrième Shireen 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique