Mardi, 27 février 2024
Opinion > Opinion >

Cent ans de diplomatie égyptienne

Mercredi, 16 mars 2022

A l'occasion du centenaire du ministère des Affaires étrangères, de nombreuses interrogations se posent sur la nature de cette institution et la relation entre la politique étrangère et les circonstances politiques, économiques, sociales et culturelles, ainsi que sur le rôle des missions diplomatiques à l’étranger dans l’exécution des objectifs de la politique étrangère et sur les caractéristiques du diplomate capable d’exercer cette « profession ».

Le point le plus important qui nécessite d’être éclairé est le rôle du ministère des Affaires étrangères dans la formulation de la politique étrangère. La Constitution égyptienne stipule que c’est le chef de l’Etat qui se charge de la formulation de la politique étrangère de façon à servir les intérêts de l’Etat et ses priorités dans la gestion des relations avec l’étranger. Et c’est le ministère des Affaires étrangères qui assume l’exécution de cette politique. Cependant, le concept de la mission exécutive de la politique étrangère inclut de larges dimensions qui dépassent la simple définition de l’exécution. L’exécution dans ce cas est accomplie dans le cadre du ministère des Affaires étrangères afin de mettre en oeuvre la politique étrangère à travers un processus continu qui s’adapte aux évolutions en relation avec les différents intérêts de l’Egypte, tout en faisant parvenir au Caire les informations, les évaluations et les recommandations. Les différents secteurs du ministère formulent alors des recommandations pour en faire part au ministre des Affaires étrangères qui les soumet au chef de l’Etat pour qu’il prenne des décisions, en tenant compte des informations et des évaluations provenant d’autres sources. 

Il est important à ce propos de préciser que la politique étrangère ne se limite pas aux affaires politiques, mais s’intéresse aussi à toutes les composantes qualificatives des relations extérieures de l’Egypte. Le ministère des Affaires étrangères est donc responsable de toutes les facettes de ces relations en coordination avec les ministères et les organes techniques spécialisés. Il faut cependant prendre en considération que le ministère des Affaires étrangères possède des capacités techniques dans tous les domaines d’action de l’Etat, qu’ils soient économique, juridique, culturel, technique ou organisationnel, et bien évidemment cérémoniel. Le ministère est donc capable de formuler une vision nationale qui regroupe les contributions techniques et politiques.  Les relations étrangères de l’Egypte se déploient dans le cadre du système international multilatéral, en particulier l’Onu et ses agences spécialisées, ainsi que les différentes organisations internationales en relation avec ce système. Le ministère des Affaires étrangères, à travers ses missions permanentes à New York et à Genève, assume une part essentielle dans la gestion des relations internationales de l’Egypte à travers le système de relations multilatérales.

Dans ce même cadre, le ministère des Affaires étrangères possède une longue histoire et un riche registre dans le domaine de l’organisation des conférences internationales, dont la plus importante est la Conférence des Nations- Unies sur la population tenue au Caire en 1996, considérée comme l’une des plus importantes conférences organisées par l’Onu. Citons également le Sommet du non-alignement tenu en 2009 et le Sommet arabo-européen en 2019, organisés par le ministère des Affaires étrangères et dont j’ai eu l’honneur d’être le secrétaire général. Et ce, en plus de nombreuses conférences internationales, africaines, arabes et régionales qui occupent une place importante dans la gestion par le ministère. La plus récente de ces conférences sera la COP27 prévue à Charm Al-Cheikh, et qui sera la plus importante conférence organisée par l’Onu.

Il est également important d’aborder l’une des responsabilités essentielles du ministère des Affaires étrangères, qui est le rôle assumé par nos missions à l’étranger vis-à-vis des Egyptiens à l’étranger qui constituent une priorité, puisqu’ils sont considérés comme faisant partie intégrante du peuple égyptien, quels que soient leurs métiers ou leurs conditions. En réalité, la relation entre nos missions et les Egyptiens à l’étranger est une responsabilité que le ministère des Affaires étrangères partage avec le ministère de l’Emigration.

Les missions suivent les conditions de vie des citoyens égyptiens pour les aider au niveau professionnel, social, juridique et humain, en plus de la création de canaux de communication permettant aux citoyens à l’étranger de suivre continuellement les évolutions qui ont lieu en Egypte.

Or, les relations avec les Egyptiens à l’étranger ne se limitent pas à cela, car ceux-ci sont considérés comme l’image de l’Egypte à l’étranger, ainsi qu’une richesse nationale importante puisque, au sein des communautés égyptiennes à l’étranger, il y a des éléments qui travaillent dans des spécialisations rares et importantes. En outre, un nombre d’entre eux ont une renommée mondiale : Magdi Yaacoub, Hani Azer, Moustapha Al-Sayed, Ahmad Zoweil et bien d’autres qui contribuent et ont contribué par leur savoir et leur expertise au renforcement des efforts de l’Egypte dans les domaines économique, social et scientifique.

On ne peut pas parler du ministère des Affaires étrangères sans citer les diplomates ayant bâti cette institution qui a donné à l’Egypte, pendant les 100 dernières années et même avant, une position internationale éminente grâce à des capacités diplomatiques exceptionnelles. La pensée qui préside à la sélection des diplomates se base, à mon avis, sur le fait que la diplomatie est une « profession », et non pas un métier, qui exige plusieurs compétences comme la connaissance, la culture, les langues étrangères, la présentabilité, la capacité de communiquer avec autrui et de représenter l’Egypte à l’étranger. Il est évident que ces aptitudes ne sont pas uniquement démontrées à travers les examens écrits et oraux difficiles, que seul un nombre limité de candidats parviennent à dépasser, mais aussi à travers la pratique de la diplomatie, que ce soit au siège du ministère ou dans les missions diplomatiques à l’étranger. .

Le ministère des Affaires étrangères est une institution qui a acquis sa réputation grâce à sa capacité à sauvegarder, mobiliser et défendre les intérêts de l’Egypte en temps de paix comme de guerre, ainsi qu’à gérer ses relations extérieures en tant que première ligne de défense de ses intérêts.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique