Samedi, 15 juin 2024
Opinion > Opinion >

Les prochains leaders du monde seront-ils des femmes ?

Lundi, 07 février 2022

Quelle sera la forme de la carte politique mondiale dans les années à venir ? Pour répondre à cette question, il faut essayer de faire des prévisions en analysant les nouvelles réalités internationales pour comprendre les éventuels impacts qu’elles auront sur nous. N’oublions pas le récent changement des acteurs principaux sur la scène internationale.

 

Qui est le candidat qui succèderait à Joe Biden aux Etats-Unis ? Selon les prévisions, Biden ne sera pas réélu, au cas où il briguerait un second mandat. Au Royaume-Uni, qui sera le successeur de Boris Johnson, ébranlé par des scandales qui risquent de lui coûter son siège de premier ministre à Downing Street ? Et en France, qui sera le plus sérieux rival à Emmanuel Macron à la présidentielle d’avril ? Le déterminant commun entre tous les candidats, ou presque, à la succession de ces chefs d’Etat ou de gouvernement sont des femmes. Parlons du plus proche événement qui se jouera à l’Elysées dans quelques semaines. A cet égard émerge avec force le nom de Valérie Pécresse, pourtant quasiment absente de notre presse jusqu’à maintenant, à l’heure où les avis convergent sur le fait qu’elle sera le plus important concurrent de Macron à la prochaine présidentielle. Pécresse a pu obtenir l’approbation à la candidature du parti des Républicains (droite) en décembre dernier, auquel appartenaient De Gaulles, Pompidou et Chirac, afin de briguer la prochaine présidentielle au nom du parti. C’est une ancienne députée qui a occupé les postes de ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et des Finances, et a été porte-parole du gouvernement entre 2011 et 2012.

Auparavant, Marine Le Pen, cheffe du parti du Rassemblement national (extrême droite), était la concurrente principale du président Macron à l’élection. Mais selon les sondages d’opinion, Pécresse a pu infliger une défaite aux représentants de cette tendance. Car, selon les sondages, les voix de l’extrême droite seront dispersées depuis le premier tour entre leur dirigeante traditionnelle, Marine Le Pen, et le candidat plus rigoriste de l’extrême-droite, et Eric Zemmour, d’origine algérienne. Récemment, Pécresse a pris des positions plus intransigeantes vis-à-vis du phénomène du crime et des hors-la-loi dans les banlieues parisiennes habitées par des immigrants, notamment arabes. Et ce, dans une tentative de rafler les voix de l’extrême-droite au second tour de l’élection. Au cas où elle l’emporterait, Valérie Pécresse serait la première présidente dans l’histoire de la France.

Concernant le président américain, toutes les prévisions disent qu’il ne briguerait pas de second mandat non seulement à cause de son âge (il aura plus de 80 ans en 2024), mais de sa performance politique instable et l’échec de son administration à traiter avec la crise sanitaire de Covid-19. Qui sera donc le prochain candidat démocrate à la prochaine présidentielle, et ce, alors que l’opinion publique penche pour les démocrates de peur que Donald Trump ne regagne le bureau ovale ? Les noms qui se trouvent sur la liste des démocrates pour le prochain congrès de leur parti en vue de la présidentielle sont des femmes, avec en tête Kamala Harris, la vice-présidente actuelle, qui est d’origine indienne. D’ailleurs, les démocrates ont eu tendance, au cours des dernières années, de proposer la candidature du vice-président à l’élection ultérieure. Ce qui s’est réellement passé avec Walter Mondale en 1984, Al Gore en 2000 et Joe Biden en 2020. Le nom de l’actuel secrétaire aux Transports, Pete Buttigieg, se trouve sur le devant de la scène. Il est suivi des deux députés femmes au sénat, Elizabeth Warren et Amy Klobuchar. Ensuite viennent les deux noms, Roy Cooper, gouverneur de North Carolina, et le sénateur Koray Cooper. D’autres estimations avancent les noms de deux femmes, membres au Congrès, qui sont Alexandra Ocasio-Cortez âgée de 35 ans, et Stacey Abrams, qui est candidate cette année aux élections de l’Etat de Georgia.

Quant à la Grande-Bretagne, le nom le plus affirmé pour succéder à Boris Johnson à Downing Street est l’actuelle secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Liz Truss, qui a récemment pris une position avancée dans tous les sondages d’opinion.

Si toutes ces prévisions s’avèrent vraies, les trois plus grandes puissances du monde seront-elles gouvernées par des femmes ? La question est : cela voudrait dire un monde meilleur ? Ou bien emprunteront-elles les mêmes voies de leurs prédécesseurs ?

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique