Jeudi, 25 juillet 2024
Opinion > Opinion >

Savoir choisir son objectif

Mohamed Salmawy , Lundi, 13 décembre 2021

En politique, savoir choisir l’objectif fait la différence entre le succès et l’échec. Un bon choix conduit au succès, un mauvais choix à l’échec. J’ai toujours été impressionné par la manière dont les soi-disant groupes islamiques choisissent leurs objectifs, qui aboutissent toujours à l’échec.

Salmawy

Et ils répètent encore les mauvais choix sans en tirer la leçon. Leur dernier mauvais choix est leur attaque actuelle contre le footballeur égyptien à l’énorme popularité Mohamad Salah. Ils ont donnéàses paroles une interprétation qu’il n’entendait nullement et lui ont adresséleurs critiques acerbes l’accusant de contredire les enseignements de l’islam. Mais, comme à chaque fois qu’ils choisissent mal leur objectif, leurs flèches se sont retournées contre eux avec autant de force que l’amour que portent les fans de football à Mohamad Salah, qui a élevéhaut le nom de l’Egypte dans le monde entier.

La même chose s’est produite il y a plus d’un quart de siècle, lorsque ces groupes ont tenté, en 1994, d’assassiner une autre figure de renommée internationale, notre plus grand écrivain Naguib Mahfouz. Mahfouz n’était pas seulement un grand romancier, mais aussi une personnalité très populaire vu son extrême politesse, son grand coeur et sa proximitédes classes populaires. Avec sa personnalité, Mahfouz incarnait tout ce qui caractérise la personnalité égyptienne avec sa modestie, sa dignité, son intelligence et son sens de l’humour. Au fil du temps, notre plus grand écrivain s’est transforméen la conscience de la nation ; et après avoir remportéle Nobel, il est devenu la fiertéde la nation, tout comme Mohamad Salah qui est devenu la fiertéde chaque Egyptien. Mohamad Salah est devenu un modèle pour toute une génération de fans de football àl’étranger. Nombreux sont ceux qui l’imitent.

On peut trouver de nombreuses scènes sur les médias sociaux de jeunes garçons qui se prosternent sur les terrains lors de leurs matchs exactement comme le fait leur idole. Mohamad Salah avait été interrogélors d’une interview dans la presse étrangère sur le vin, il a tout simplement et honnêtement répondu qu’il n’en buvait pas et ne l’aimait pas. Il ne fait aucun doute que sa réponse spontanée a accru sa popularité à l’étranger, vu l’augmentation des campagnes contre les dangers de l’alcool et du nombre de personnes qui ont arrêtéde boire. Mais les génies des soi-disant courants islamiques se sont imaginés qu’ils avaient enfin trouvé le moyen d’attaquer cette idole du football qui a brilléau sein du régime qui a détruit leur Etat sombre et arriéré. Ils l’ont attaqué parce qu’il n’a pas dit que l’islam interdisait le vin, et peut être aussi les jeux de hasard et le porc, comme s’il était un prédicateur religieux ou un imam dans une mosquée.

Pour communiquer avec le monde extérieur, nous devons utiliser son langage. Nous ne pouvons pas parler au monde extérieur avec notre discours interne, et Mohamad Salah a parléavec une sincéritéet une spontanéitéque tout un chacun apprécie, sans paraître fanatique et sans ingérer la religion sans nécessité.

En fait, Naguib Mahfouz et Mohamad Salah ont tous deux grandement contribué à changer l’image négative de tout ce qui est arabe ou musulman dans le monde. Une image négative créée par ces mêmes groupes lorsqu’ils ont colléla qualification «islamique »àleurs actes d’intolérance, de violence, de meurtre et de massacre. Il ne fait aucun doute qu’une grande partie de la réussite internationale réalisée par Mahfouz et Salah et la fiertéque leur portent les Egyptiens sont dues au fait qu’ils ont réussi à réfuter cette image déformée de l’islam. L’attaque contre Mohamad Salah, tout comme l’agression contre Naguib Mahfouz, n’ont rien ajouté à leurs auteurs. Bien au contraire, elles ont dévoiléleur ignorance totale des sentiments des gens. Elles ont accru leur isolement au milieu des citoyens.

Pire encore, ils ont placé l’ancien joueur de football Mohamad Abou-Tréka en opposition avec Mohamad Salah, imaginant pouvoir exploiter la popularité d’Abou-Tréka pour porter atteinte à celle de Salah, qui augmente dans le monde entier avec chaque match auquel il participe et chaque but qu’il marque.

La confrontation qu’ils ont imaginée entre Salah et Abou-Tréka est une nouvelle preuve de la stupidité de ces groupes. Les gens ont aimé Abou-Tréka loin de ses appartenances aux Frères musulmans et ils continueront peut-être à l’aimer, car notre peuple ne change pas facilement ses sentiments. Mais la stupidité des attaquants de Mohamad Salah les a poussés à placer les gens dans la position de devoir choisir entre un ancien joueur local et un joueur international actuel qui brille de plus en plus chaque jour. Ils ont ainsi causé une nouvelle perte pour le joueur qu’ils ont utilisé pour porter atteinte à Mohamad Salah.

Une autre preuve de la stupidité des groupes politiques qui se disent islamiques est que, quand ils choisissent leurs objectifs, ils n’attaquent pas les ennemis de la nation arabe. Au contraire, ils adressent leurs actes de violences et leurs massacres contre leurs compatriotes eux mêmes.

Il y a plus d’un quart de siècle, ils tournaient leurs pistolets et leurs armes blanches contre leurs compatriotes, dont Naguib Mahfouz. Mais aujourd’hui, alors qu’ils sont devenus faibles, que les gens se sont éloignés d’eux et qu’ils ne possèdent plus d’armes, leurs seules armes sont les rumeurs et les mauvaises interprétations qu’ils répandent ici et làcomme ce fut avec Mohamed Salah. Ont-ils enfin appris la leçon ? Prendront-ils leur échec comme leçon.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique