Jeudi, 23 mai 2024
Opinion > Opinion >

Les islamistes à la dérive

Al-Ahram Hebdo , Mardi, 28 septembre 2021

Fragilisé par la crise politique en Tunisie, le parti islamiste d’Ennahdha est désormais dans la tourmente. Une centaine de responsables du parti ont annoncé samedi leur démission pour protester contre « les choix de la direction face à la crise politique ». Cette scission intervient dans la foulée de la crise politique qui secoue le pays et qui oppose Ennahdha au président Kais Saïed. Ce dernier a publié le 25 septembre plusieurs décrets renforçant les pouvoirs qu’il s’était attribués il y a deux mois. En juillet dernier, il avait limogé le premier ministre, suspendu le parlement et décidé d’assumer le pouvoir exécutif.

Perçu à une époque par certains comme un exemple de « réussite démocratique », le parti d’Ennahdha voit aujourd’hui cette réputation s’effondrer comme un château de cartes, Ennahdha rejoint en effet les rangs des autres partis islamistes qui ont échoué dans l’exercice du pouvoir.

Les partis islamistes ont fait irruption sur la scène politique après les révoltes arabes de 2011 et ont tous connu une érosion de leurs bases électorales. Le cas d’Ennahda est éloquent. Entre 2011 et 2019, le parti a perdu les deux tiers de son électorat (passant de 1,5 million de voix à 560 000) et 40% de son capital de sièges au parlement (de 89 à 52 députés). Les raisons de cet échec sont multiples et sont liées au contexte dans chaque pays. Il y a cependant des facteurs communs. Projetés sur la scène politique par les révoltes arabes de 2011, ces partis ne faisaient pas pour autant partie de la mouvance révolutionnaire dont ils ont utilisé la rhétorique pour discréditer leurs adversaires. Issus de mouvements religieux ou de prédication, ils n’avaient aucune expérience de l’exercice du pouvoir et surtout aucun programme économique ou social. Sans compter leur rejet par les élites intellectuelles. Enfermés dans leurs discours identitaires, ces partis n’ont jamais assimilé l’idée de citoyenneté et de l’Etat-nation, d’où leurs échecs successifs.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique