Mercredi, 29 mai 2024
Opinion > Opinion >

Le Sommet européen et la Turquie

Dimanche, 13 décembre 2020

Les décisions du Sommet européen de Bruxelles à l’encontre de la Turquie sont pour le moins déce­vantes. Réunis les 10 et 11 décembre dans la capitale belge, les 27 ont écarté, pour le moment, l’option des sanctions économiques à l’égard d’Ankara, se contentant de sanctions individuelles contre certaines person­nalités turques impli­quées dans les activités de forage en Méditerranée. Les diri­geants européens ont par ailleurs proposé la tenue d’une conférence pour « déterminer l’avenir de l’Est de la Méditerranée ». Mais en laissant la porte ouverte à une éventuelle coopération avec la Turquie, l’UE oublie, ou fait semblant d’oublier, les agressions turques dans l’Est de la Méditerranée. La décision européenne va ainsi permettre au président turc, Recep Tayyip Erdogan, de reprendre ses politiques agressives et provoca­trices. Il l’a fait en Libye, à Chypre et dans l’Est de la Méditerranée en faisant fi des lois internationales et des conventions délimi­tant les frontières.

La décision de « ména­ger » la Turquie a été prise sous l’impulsion de l’Allemagne et de la Bulgarie, tandis que la France et la Grèce étaient partisanes d’une ligne dure contre Ankara. Berlin et Sofia ont claire­ment des intérêts avec la Turquie. L’Allemagne se sent vulnérable face à un éventuel afflux de migrants en provenance de Syrie. Une carte qu’Er­dogan a déjà utilisée en menaçant d’ouvrir le « robinet » des réfugiés vers l’Europe. L’Allemagne a des intérêts écono­miques importants dans la région du Bosphore (Berlin dispose de plu­sieurs chaînes d’approvi­sionnement dans cette région). N’oublions pas aussi le fait qu’une impor­tante communauté turque (entre 3 et 4 mil­lions de personnes) vit en Allemagne. Idem pour la Bulgarie, qui possède des frontières communes avec la Turquie et qui serait l’un des premiers pays affectés en cas de flux migratoire.

Pour stopper les ambi­tions et les provocations d’Erdogan dans la région méditerranéenne, l’Eu­rope doit faire preuve d’une grande solidarité. Il en va aussi de la crédibi­lité du continent.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique