Mercredi, 24 juillet 2024
Opinion > Opinion >

Une victoire exceptionnelle

Lundi, 08 octobre 2018

La guerre d’Octobre 1973 restera dans les annales de l’Histoire comme une guerre exceptionnelle. Exceptionnelle parce qu’elle a bouleversé tous les équilibres. Qui aurait prédit, au début des années 1970, un tel sursaut arabe contre Israël au moment où le monde entier croyait encore au mythe de l’armée israélienne invincible ? A vrai dire, personne. La défaite arabe de 1967 a créé chez les Israéliens une telle arrogance qu’ils pensaient que personne n’oserait brandir les armes face à eux. Aveuglés par cette arrogance, les Israéliens n’ont rien vu venir, en dépit des déclarations du président Sadat selon lesquelles l’Egypte « n’a d’autres choix que de faire la guerre » et « qu’il était prêt à sacrifier un million de soldats pour récupérer le Sinaï ». Il faut dire que l’Egypte a exécuté à la perfection son plan de leurre stratégique, faisant croire aux Israéliens qu’ils n’attaqueraient jamais.

La traversée du Canal de Suez et le franchissement de la ligne de Bar Lev par l’armée égyptienne ont produit un choc sans précédent chez les Israéliens, qui se croyaient à l’abri de toute attaque égyptienne. Grâce à des moyens simples mais hautement efficaces, les Egyptiens sont parvenus à anéantir le mythe de l’invincibilité israélienne. Ils ont utilisé des pompes à eau à haute pression pour ouvrir des brèches dans la fameuse ligne de Bar Lev réputée « infranchissable ». L’Egypte a utilisé à merveille le principe de la guerre éclair si chère à Napoléon : une attaque rapide qui fait perdre à l’ennemi son équilibre. En l’espace de quelques heures, l’armée égyptienne est parvenue à faire passer sur la rive ouest du canal trois divisions blindées. Les hommes du génie militaire ont fait un travail exceptionnel en construisant des ponts sur le canal, permettant la traversée des troupes et le passage dans le Sinaï.

Face à cette prouesse égyptienne, les Israéliens étaient en état de choc. Et c’est là peut-être le deuxième aspect exceptionnel de cette guerre : elle a permis la paix. En effet, c’est ce choc israélien qui ouvrira, par la suite, la voie à la paix. En effet, les Israéliens ont compris, pour la première fois, que leur supériorité technologique ne pouvait absolument pas garantir la pérennité de leur Etat. C’est ainsi qu’au sein de la société israélienne, certaines voix ont commencé à appeler à la paix. Débarrassée de l’affront de 1967, l’Egypte pouvait, elle aussi, s’orienter vers la paix. Sur le plan militaire et technique, la guerre d’Octobre a montré pour la première fois que l’infanterie pouvait être efficace dans la lutte contre les blindés.

Bien que les Israéliens aient réussi, grâce à l’aide des Etats-Unis, à traverser le canal et à menacer les villes de Suez et d’Ismaïliya, la guerre d’Octobre est toujours restée dans la mémoire collective israélienne comme une défaite humiliante, tandis qu’elle restera dans la mémoire collective égyptienne comme la grande victoire qui a permis aux Arabes de retrouver leur fierté après 1967.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique