Dimanche, 23 juin 2024
Opinion > Opinion >

Le fléau terroriste

Mardi, 30 mai 2017

Des images poignantes de corps sans vie gisant à même le sol, un bus criblé de balles et des fenêtres et des pare-brise complètement détruits. Vendredi, le terrorisme noir a encore frappé. Il était aux environs de 9h lorsque des hommes masqués ont ouvert le feu à l’arme automatique sur un bus qui transportait des citoyens coptes au monastère de Saint-Samuel, dans la région de Minya à quelque 200 kilomètres au sud du Caire. Ils ont ensuite pris la fuite. L’organisation terroriste Daech n’a pas tardé à revendiquer l’attentat.

Les motifs de cet acte criminel ne font l’objet d’aucun doute. Il s’agit de déstabiliser l’Egypte et de nuire à son économie, de diviser la population égyptienne et de détourner les efforts de lutte contre le terrorisme déployés dans le Sinaï. Déstabiliser l’Egypte parce que le pays, qui a connu deux révolutions en l’espace de deux ans, a retrouvé sa stabilité après des années de troubles et d’incertitude. Les Egyptiens possèdent aujourd’hui un Etat civil basé sur la citoyenneté, une Constitution basée sur l’égalité des droits et des institutions qui commencent à jouer leur rôle. L’économie se redresse comme en témoignent la baisse du déficit budgétaire et la hausse des exportations, les réformes engagées par le gouvernement commencent à porter leurs fruits, et l’Egypte a retrouvé sa place aux niveaux régional et international.

Diviser la population égyptienne parce que les Egyptiens ont fait montre au cours des derniers mois d’un grand élan de solidarité. On l’a vu lors du double attentat de Tanta et d’Alexandrie, le 9 avril dernier, qui a fait 45 morts et 65 blessés, et lors de l’attentat suicide contre l’église Saint-Pierre et Saint-Paul qui avait fait 29 morts en décembre 2016. On l’a vu aussi dans la péninsule du Sinaï où les tribus bédouines sont engagées aux côtés de l’armée dans une âpre guerre contre le terrorisme.

Enfin, détourner les efforts de lutte contre le terrorisme, parce qu’au cours de la récente période, les terroristes d’Ansar Beit Al-Maqdès et autres groupes armés affiliés à Daech dans le Sinaï ont reçu plusieurs coups durs face aux forces armées. Faut-il rappeler dans ce contexte que la région de Gabal Al-Halal au centre du Sinaï, considérée comme un repaire terroriste depuis les attentats de Taba et de Charm Al-Cheikh en 2004, a été nettoyée à 90 % par l’armée, et totalement démythifiée. Même chose pour d’autres régions comme les monts Khorm, Ereikat, Abou-Hassira et Al-Charf.

Mais le terrorisme ne parviendra jamais à vaincre la volonté des Egyptiens. Et si Daech a réussi à exploiter les clivages sunnites-chiites en Iraq et en Syrie, il ne pourra pas jouer sur les mêmes clivages en Egypte. Car les Egyptiens sont soudés face au fléau terroriste qui frappe désormais le monde et pas seulement l’Egypte.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique