Jeudi, 22 février 2024
Opinion > Opinion >

Soumettre l’Egypte ou la faire avancer

Lundi, 04 mars 2013

Il est impossible que la quantité de rumeurs, de manifestations, de protestations et de destructions que subit l’Egypte ces jours-ci soit une coïncidence.

A mon avis, il s’agit d’une action programmée à laquelle participent de nombreuses forces internes et externes dans l’objectif de briser l’Etat égyptien ou de le soumettre afin qu’il soit incapable d’accomplir son rôle national et régional et afin de lui ôter sa libre volonté de prendre des décisions indépendantes suivant les événements internationaux. Et ce, dans l’intérêt de certaines parties qui tentent de montrer qu’elles détiennent le pouvoir de la privation, exploitant les conjonctures difficiles que nous traversons et les répercussions négatives de la révolution déclenchée par notre jeunesse prometteuse.

Par ailleurs, il existe des forces régionales qui déploient d’énormes efforts pour faire mûrir l’Egypte de la révolution, qui présentent honnêtement leurs aides matérielles, politiques et économiques, qui chantent les louanges de notre civilisation, de notre histoire et de nos positions, et qui confirment leur soutien inconditionnel à notre révolution bénie. Bien plus, ces pays avec en tête l’Iran, la Turquie et le Qatar n’ont pas hésité à nous apporter les produits et les fonds dont nous avons besoin pour surmonter notre crise actuelle. Au milieu des tentatives de briser le pays ou de le faire avancer, nous ne trouvons aucun projet arabe intégral capable d’ouvrir devant nous une voie pour surmonter cette étape difficile de notre histoire, à l’instar de la position des pays de l’Union européenne adoptée avec la Grèce, l’Espagne ou la Chypre. L’Egypte de la révolution est confuse, incapable de déterminer clairement sa voie ou de dessiner librement son avenir alors qu’elle a longuement chanté le nationalisme arabe et parlé des intérêts communs, des mécanismes de la solidarité arabe, des accords de coopération et de défense, et des accords de partenariat entre les pays arabes.

Malgré tout ceci, malgré les décisions dangereuses adoptées sans étude suffisante, malgré le pessimisme qui nous envahit et la peine que nous ressentons, nous devons rester convaincus que l’Egypte se redressera forte et puissante, car elle possède toutes les composantes pour surmonter sa crise, même si la phase transitoire se prolonge.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique