Vendredi, 23 février 2024
Opinion > Opinion >

Edito: Une visite symbole

Lundi, 18 février 2013

Avec la visite annoncée en Israël et dans les territoires occupés du président américain, Barack Obama, les Etats-Unis s’impliquent de nouveau dans le processus de paix au Proche-Orient, après plusieurs mois d’absence pour raisons électorales. La visite est la première de M. Obama et la quatrième d’un président américain dans cette région. Le chef de l’exécutif américain, qui se rendra également en Jordanie, va tenter de relancer un processus de paix au point mort depuis septembre 2010. Obama ne veut visiblement pas être le président américain dont le mandat a été marqué par un effondrement de la paix. Tout juste élu pour un second mandat, il évoquera, outre la paix, des questions régionales importantes comme le dossier nucléaire iranien et l’instabilité en Syrie. Mais Obama possède-t-il un plan précis ? Et surtout, peut-on envisager réellement une relance de la paix au Proche-Orient ? Tout porte à croire que non. Obama va certes essayer de faire sortir le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, de son intransigeance. Mais une percée dans les négociations de paix semble très peu probable tant que les désaccords sont grands entre Israéliens et Palestiniens sur les questions de fonds. Le gouvernement israélien de droite poursuit, en effet, sa politique de colonisation. Or, les Palestiniens exigent un arrêt de celle-ci pour revenir à la table des négociations. Et d’innombrables divergences existent encore sur les questions de statut final.

Durant les quatre années de son premier mandat, Obama a tenté de faire comprendre à Netanyahu qu’il devrait faire des concessions s’il voulait faire la paix avec les Palestiniens. Mais il s’est heurté à l’intransigeance habituelle du chef du gouvernement israélien. Rien n’indique que Netanyahu va fondamentalement changer de position. Et le plus qu’Obama pourra obtenir sera quelques vagues promesses. « Nous espérons que ce ne sera pas seulement une visite symbolique », a déclaré cette semaine une responsable de l’OLP. Mais il semblerait bien que ce soit le cas .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique