Samedi, 20 juillet 2024
Opinion > Opinion >

La véritable trahison

Dimanche, 29 novembre 2015

Ces jours-ci, en Egypte, on s’échange des accusa­tions de trahisons. Les présentateurs lancent des accusations sur les écrans des chaînes satellites sans pour autant détenir de preuves. On trouve des accusations simi­laires dans l’article naïf d’un écrivain inconnu dont le nombre de lecteurs ne dépasse pas les doigts de la main.

Malheureusement, les chaînes satellites et certains journaux ont permis ces dépassements dangereux qui ont détruit la réputation de certaines personnes. Ce feuilleton dangereux a commencé avec les victimes de la révolution du 25 janvier 2011. A cette époque, sont apparues sur les écrans de télé des histoires sorties d’on ne sait où. Le plus étrange est qu’aucun orga­nisme n’a enquêté pour connaître la véracité de ces étranges propos. Malheureusement, cette campagne a réussi à déformer l’image de ces jeunes qui, un jour, ont eu l’audace de se révolter contre leurs tyrans. Ces accusations ont touché de nombreux noms, et bien que la véritable trahison soit de piller les richesses d’un peuple, il s’agit d’un crime qui ne doit pas être pres­crit. Au milieu de toutes ces accusations, il était indis­pensable de déterminer la définition exacte de la trahi­son. Il ne s’agit plus d’espionnage pour l’intérêt de l’ennemi ou de transmission d’informations à des ins­titutions étrangères.

La véritable trahison est de voler les biens publics, d’être corrompu, d’être entouré d’une bande d’oppor­tunistes, alors que les personnes compétentes sont marginalisées. La véritable trahison est de priver quelqu’un de son droit d’accéder à un poste pour l’oc­troyer à qui ne le mérite pas ou de laisser les rênes aux mains d’un groupe d’escrocs qui exploitent toutes les occasions possibles pour des intérêts personnels. Il est une vraie honte d’accuser un jeune qui tente de crier son désarroi parce qu’il ne trouve pas de travail, ou d’emprisonner une personne parce qu’elle a essayé de briser l’injustice.

Malheureusement, le terme « trahison » a été lancé à tort et à travers lors de ces élections législatives et a souillé le caractère sacré de la citoyenneté .

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique