Samedi, 13 juillet 2024
Opinion > Opinion >

Le régime de Damas fragilisé

Lundi, 27 avril 2015

Le régime syrien a perdu samedi la ville stratégique de Jisr Al-Choughour, prise par des combattants du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaëda, et des groupes rebelles islamistes. Ces der­niers contrôlent désormais la ville située sur la route menant à la province de Lattaquié, le fief du président Bachar Al-Assad. « Le Front Al-Nosra et des bataillons islamistes sont entrés dans Jisr Al-Choughour après de violents combats avec les forces du régime. Ils ont pris le contrôle total de la ville, et des combats ont lieu désormais au sud et à l’est de la ville », a pré­cisé le directeur de l’Organisa­tion Syrienne des Droits de l’Homme (OSDH).

Jisr Al-Choughour, qui comp­tait quelque 45 000 habitants avant 2011, a une grande valeur stratégique, car elle est proche de la Turquie, pays favorable à la rébellion. La chute de Jisr Al-Choughour intervient quelques mois après la prise d’Idleb, deuxième capitale pro­vinciale de Syrie à échapper au régime de Bachar Al-Assad, par le groupe Al-Nosra. Le régime syrien semble ainsi perdre son contrôle sur le nord-ouest de la Syrie. Désormais, le terri­toire qu’il contrôle est entière­ment encerclé par les djiha­distes de l’EI et du Front Al-Nosra allié aux rebelles. La présence du régime dans la province d’Idleb se limite main­tenant aux villes d’Ariha, d’Al-Mastoumé et de Qarlmid où se trouvent d’importantes casernes de l’armée.

Un tournant dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 4 ans ? Rien ne permet de l’affir­mer pour l’instant. Il s’agit cependant d’une victoire stra­tégique pour les islamistes qui combattent le régime syrien. Sur le plan militaire, la prise de Jisr Al-Choughour permet aux djihadistes d’ouvrir une route vers Lattaquié à partir d’Idleb et de Hama, ce qui peut favori­ser grandement une future offensive sur Lattaquié et les fiefs du régime sur la côte méditerranéenne comme Qardaha. Sur le plan politique, la perte de Jisr Al-Choughour est un coup dur pour le régime de Bachar Al-Assad. Celui-ci se trouve fragilisé à quelques jours des négociations de Genève. Le médiateur de l’Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé en effet qu’il entamerait début mai à Genève des consultations séparées avec des représen­tants du régime, de l’opposi­tion et de la société civile, ainsi qu’avec des acteurs régionaux. La capture de Jisr Al-Choughour vient une fois de plus rappeler le faible poids de l’opposition modérée face aux djihadistes, soutenus par certains pays du Golfe. La quasi-totalité de la province d’Idleb est désormais sous l’emprise d’Al-Nosra.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique