Mercredi, 24 avril 2024
Environnement > >

Environnement en bref

Mardi, 17 septembre 2013

Nuage noir

Pour mettre un terme au smog qui visite le ciel de l’Egypte chaque automne, l’Agence Egyptienne pour les Affaires de l’Environnement (AEAE) effectue des visites d’inspection dans les installations industrielles polluantes. « Nous leur accordons un délai de 6 mois à un an pour se conformer aux normes de la loi sur l’environnement, en rénovant les filtres ou même en changeant de technologie ». « Intenter des procès-verbaux ou collecter des amendes n’est pas effectif. Les industriels gagnent beaucoup et ils payent les amendes sans problème. Il est temps de trouver une solution définitive et durable et non pas des calmants », indique à l’Hebdo Mohamad Lotfi, responsable du secteur de l’inspection au sein de l’AEAE. Et d’ajouter que son secteur vient de contacter 58 usines pour les lier au réseau de suivi de pollution installé au sein de l’AEAE. « Ce réseau nous permet de mesurer au quotidien les taux d’échappement des industries polluantes pour s’assurer qu’ils sont conformes aux normes de la loi sur l’environnement », dit-il.

Propreté

Le ministère de l’Environnement vient d’offrir 9 camions de nettoyage aux gouvernorats d’Alexandrie, du Sud-Sinaï, de Louqsor, d’Assouan, de Kafr Al-Cheikh, de Gharbiya, d’Assiout et de Qéna afin d’améliorer le service de propreté dans ces gouvernorats. « Outre ces camions qui coûtent 1,5 million de L.E. pour chaque camion, le ministère offrira prochainement aux gouvernorats producteurs de riz des équipements qui aident à la collecte, la compression et le recyclage de la paille de riz », affirme le Dr Ahmad Aboul-Séoud, responsable au ministère de l’Environnement.

Réchauffement

Les sécheresses, l’ouragan Sandy aux Etats-Unis, la fonte record des glaces arctiques et les pluies diluviennes en Grande-Bretagne, en Australie, dans le nord de la Chine et au Japon : toutes ces catastrophes seraient dues au comportement de l’homme.

Les activités humaines émettent des gaz à effet de serre qui engendrent un réchauffement climatique. Et ce cercle vicieux a contribué à la moitié des phénomènes météorologiques extrêmes sur la planète en 2012. C’est ce qu’affirme un rapport rédigé par 18 équipes scientifiques et publié récemment dans le Bulletin of the American Meteorological Society.

Ces chercheurs ont analysé les causes des douze événements climatiques d’intensité exceptionnelle l’an dernier. Conclusion : « Les mécanismes météorologiques naturels et les fluctuations normales du climat ont joué un rôle-clé dans ces phénomènes ». Mais « dans certains cas, les analyses révèlent clairement que le changement climatique induit par les émissions de gaz à effet de serre résultant des activités humaines a contribué à ces phénomènes ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique