Mardi, 23 avril 2024
Environnement > >

Environnement en bref

Mardi, 20 août 2013

Déchets solides

Le ministère d’Etat pour les Affaires de l’environnement a participé la semaine dernière à une réunion plénière avec le gouvernorat de Guiza. Layla Iskandar, ministre de l’Environnement, a insisté sur le rôle des chiffonniers dans le nouveau système de gestion des déchets solides adopté par le ministère. Ceux-ci sont appelés à ne pas laisser de déchets solides dans les rues lors de la collecte. Ce nouveau système est basé sur la séparation des déchets solides dans les domiciles pour faciliter leur collecte. L’expérience sera appliquée au Caire et à Guiza.

Pisciculture

Le ministre de l’Agriculture et de la Bonification des terres, Ayman Abou-Hadid, a déclaré la semaine dernière que le ministère examinait en ce moment un plan visant à promouvoir la pisciculture en Egypte, afin de combler les besoins de la population. L’objectif est d’augmenter la production pour atteindre 1,6 million de tonnes par an. Le plan consiste à développer les pêcheries et les fermes de pisciculture. Il est question également de réaménager le lac du Haut-Barrage. Selon le ministre, de nouvelles fermes piscicoles seraient inaugurées à Alexandrie et à Suez offrant des emplois pour les jeunes.

Eau

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a lancé la semaine dernière lors d’un déplacement à Néma, dans le sud-est de la Mauritanie, un projet d’alimentation en eau potable qui permettra de lutter contre des maladies endémiques comme la bilharziose ou l’infection due au ver de Guinée. L’eau sera tirée de la nappe phréatique de la zone d’Har (à plus de 135 km au nord-est de Néma) et sera drainée par adduction sur des centaines de kilomètres vers les villes voisines de Timbédra, d’Amourj et d’Addel Begrou, en plus de 27 autres petits villages situés sur son axe, selon les autorités mauritaniennes.

Les travaux sont prévus sur deux ans. Le projet, d’un coût de 125 millions de dollars américains, est financé par l’Etat mauritanien, le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES) et la Banque Islamique de Développement (BID).

L’initiative permettra d’approvisionner tous les ménages de la ville de Néma en eau potable en offrant un robinet à tous les foyers en remplacement des puits domestiques, présents partout et qui sont nuisibles pour la santé des populations.

Pétrole

Le gouvernement tchadien a annoncé la semaine dernière avoir suspendu toutes les activités de la filiale tchadienne de la compagnie pétrolière publique chinoise (CNPCIC) pour violation flagrante des normes environnementales dans ses forages d’exploration de brut dans le sud du pays. La CNPCIC mène depuis 2009 des campagnes d’exploration dans cette partie du pays. Elle exploite également une raffinerie au Tchad. Le pays a commencé à exploiter ses gisements pétroliers en 2003.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique