Dimanche, 03 mars 2024
Enquête > Enquéte >

Amira Badran : C’est la preuve de conflits dans nos relations familiales

Dina Bakr, Lundi, 05 mai 2014

3 questions à Amira Badran, psychologue.

Amira Badran

Al-Ahram Hebdo : Quelles sont les raisons qui peuvent pousser une fille à vivre seule ?

Amira Badran : Nombreuses sont celles qui ont été obligées de faire ce choix, celui de quitter le domicile familial. Ce sont souvent les rapports tendus qui poussent les jeunes filles à quitter leurs parents. Nombreuses sont celles qui sont arrivées à bout à cause de l’incompréhension de leurs proches, alors que d’autres ont préféré fuir les règles et convenances imposées au sein de la famille. D’un côté, la jeune femme est à la recherche de liberté, et de l’autre, il y a un père qui lui impose son diktat ou une mère qui n’arrive pas à comprendre les ambitions de sa fille. Le nombre de filles vivant seules est en recrudescence. C’est la preuve de conflits dans nos relations familiales et qui n’ont pas été traités à la racine.

— Comment évaluez-vous ce choix de vie ?

— On ne peut pas blâmer les filles qui ont décidé de vivre seules. Mais, je pense que tout être humain doit vivre au sein d’une famille, d’une communauté. Dieu l’a créé pour s’intégrer et communiquer avec les autres. Une fille doit d’abord essayer d’établir de bons rapports avec ses parents. Par exemple : garder ses distances à certains moments, faire comprendre à ses parents qu’elle a besoin de plus de marge de liberté ou qu’elle refuse leur façon de penser. La plupart des filles qui ont quitté le domicile familial ont pris le chemin le plus facile au lieu de résoudre leurs problèmes. Cette manière de ne pas tenter d’affronter les problèmes risque de devenir un style de vie et donc cela peut se répercuter sur leur vie conjugale.

— Comment jugez-vous la façon dont la société traite ces filles ?

— Nombreuses sont les coutumes et traditions qui sont à revoir. On accuse souvent la fille qui décide de se séparer de ses parents de vouloir vivre à sa guise. Cette mentalité doit disparaître. C’est cette mentalité qui fait que les filles qui vivent seules sont exposées à beaucoup plus de problèmes par rapport à celles qui vivent avec leurs parents. Une femme indépendante trouvera plus de difficulté à choisir son conjoint, car elle s’est habituée à voir les choses uniquement de son point de vue.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique