Mercredi, 24 avril 2024
Enquête > Enquéte >

Combler le déficit hydraulique

May Atta, Mardi, 01 janvier 2019

La nouvelle année verra l'inauguration de plusieurs méga-projets d'infrastructures, notamment dans les domaines de l'eau, des routes et des ports. L'objectif est de stimuler l'économie et d'améliorer le quotidien des citoyens. Passage en revue des plus importants projets.

Souffrant d’une pénurie d’eau, l’Egypte multiplie les projets pour combler le fossé entre ses ressources hydrauliques et ses besoins. Voici un échantillon des projets qui seront exé­cutés au cours de l’année 2019 :

— L’Egypte et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe ont signé fin décembre 2018 deux accords pour l’installa­tion de projets hydrauliques. Le premier, d’un montant de 1,4 milliard de L.E., porte sur l’ins­tallation d’une station de traitement des eaux usées à Bahr Al-Baqar dans le gouvernorat de Charqiya dans le Delta du Nil. Elle permettra d’irriguer environ 330 000 hectares à l’est du Canal de Suez et plus de 70 000 hectares à l’est du pays. Le second accord concerne le finance­ment, à hauteur de 880,5 millions de L.E., de la construction de 4 usines de dessalement de l’eau au Sud-Sinaï d’une capacité de 56 000 m3 par jour. Les travaux devront débuter en 2019.

Un accord de prêt d’un montant de 100 mil­lions de dollars entre l’Egypte et la Banque Africaine de Développement (BAD) a été approuvé fin décembre. Il est destiné à financer une usine de traitement des eaux usées à Abou-Rawach, à Guiza. Le projet comprend l’amélio­ration et l’extension de la capacité de l’usine existante, qui passe de 1,2 million de m3 par jour à 1,6 million de m3 par jour. L’usine reçoit actuellement environ 80 % des eaux usées de Guiza, les traite puis les rejette dans le drain de Barakat, pour aboutir à la branche de Rachid du Nil.

Au gouvernorat de Guiza, le gouvernement construit 3 nouvelles stations d’eau et élargit 3 autres stations. Les 6 stations, d’une capacité de 430 m3 par jour, seront inaugurées à l’été de 2019. Pour profiter des eaux des pluies, notam­ment en mer Rouge et dans le Sinaï, le gouver­nement achèvera, au cours de l’année 2019, la construction de 11 barrages et de 5 lacs de stoc­kage avec un budget de 227 millions de L.E.

— Dans le Désert occidental, 8 puits seront exécutés en juin 2019, avec un budget de 18,5 millions de L.E.

— L’installation des stations de dessalement de l’eau et le creusement des puits font partie de la stratégie hydraulique de l’Etat, a déclaré Tareq Al-Réfaï, assistant du ministre du Logement pour les infrastructures. Conformément aux directives du président Sissi, les gouvernorats côtiers et frontaliers ne dépendront plus de l’eau du Nil. Entre 2014 et 2018, 10 usines de dessalement d’une capacité de 425 000 m3 par jour ont été construites. « Entre 2019 et 2020, le gouverne­ment envisage de construire 19 stations d’eau pour arriver au dessalement d’un milliard de m3 par jour en 2020 », révèle Al-Réfaï.

Les plus importants projets de transport en 2019

Le premier bus électrique est entré en service en octobre à Alexandrie, premier gouvernorat à l’utiliser. C’est le fruit d’un contrat signé début 2018 par l’Organisme du transport d’Alexan­drie avec le constructeur automobile chinois BYD, portant sur l’achat de 15 bus électriques d’un coût de 63 millions de L.E. Les 14 bus ont été livrés entre octobre 2018 et janvier 2019. Ces 3 mois seront une période expérimentale pour être sûr que les bus seront adaptés aux conditions climatiques de l’Egypte caractérisées par l’humidité, la température élevée et la poussière. Si l’expérience réussit, l’Organisme du transport en commun d’Alexandrie va étu­dier la généralisation de cette expérience.

— Le ministre des Transports, Hicham Arafat, a lancé, en octobre, la phase pilote de la quatrième étape de la ligne 3 du métro du Caire entre les stations Haroun et Héliopolis. Cette phase s’étend sur 5,15 km. Le ministre a affirmé que la première ligne ferait l’ob­jet de travaux début 2019, afin d’accélérer la vitesse du métro. En outre, la quatrième ligne devrait être achevée en 2019. Le ministère des Transports entend transporter environ 6 millions de passagers par jour au cours de l’exercice 2019-2020.

— L’Egypte procède actuellement à la modernisation de son réseau ferroviaire avec un coût de 55 milliards de L.E. Les travaux de développement ont été achevés dans 13 des 23 stations, les tra­vaux des 10 autres stations devraient être achevés en juin 2019.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique