Lundi, 04 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Alexandrie : Consternation autour du patrimoine

Samar Zaree, Lundi, 10 février 2014

La villa « Aghion » à Alexandrie, un des plus beaux bâtiments patrimoniaux et architecturaux du pays, a été démolie cette semaine. L’alerte est déclenchée pour préserver le patrimoine.

Alexandrie : Consternation autour du patrimoine
La façade de la villa est quasi détruite.

Le laisser-aller qui touche le patri­moine d’Egypte a atteint son paroxysme à Alexandrie. La démo­lition de la façade de la villa Aghion traduit clairement l’indifférence des respon­sables qui sont loin de protéger la richesse architecturale de la perle de la Méditerranée.

Habitants, architectes, professionnels et amoureux du patrimoine égyptien étaient sur­pris, voire bouche bée, face au bulldozer en train de détruire la villa. Ils accusent le gou­verneur d’incapacité à protéger le patrimoine alexandrin.

A son arrivée sur place, le gouverneur d’Alexandrie Tareq Al-Mahdi a ordonné l’ar­rêt de cet acte infâme. Il devra s’adresser au premier ministre, Hazem Al-Beblawy, et trou­ver une solution satisfaisante pour les deux parties. « Bien que toutes les procédures sui­vies par le propriétaire actuel de la villa soient légales, et bien qu’il détienne cinq décisions judiciaires confirmant la suppres­sion de sa villa de la liste des bâtiments histo­riques, je vais faire arrêter cette démolition jusqu’à ce que l’affaire soit résolue par le premier ministre », a déclaré le gouverneur dans une conférence de presse organisée après la destruction d’une grande partie de l’édifice. « La démolition de la villa Aghion ne passera pas inaperçue. Elle aura un impact très négatif au plan international. La plupart des constructions d’Auguste Aghion, bâtis­seur de cette villa, dans toute l’Europe sont enregistrées en tant que bâtiments de style architectural protégés par l’Unesco », sou­ligne Mohamad Awad, chef du comité de conservation des bâtiments architecturaux à Alexandrie. « Le style architectural d’Aghion est enseigné dans les livres d’architecture dans tous les pays du monde. A mon avis, cette démolition est un vrai scandale mon­dial », reprend Awad, accusant les respon­sables d’indifférence envers la démolition de la villa et d’autres bâtiments patrimoniaux.

La villa Aghion n’est pas la seule à subir ce sort. « Ce sont, eux, les responsables qui ont permis aux entrepreneurs de démolir les édi­fices historiques en les retirant de la liste des bâtiments de style architectural particulier », reprend Awad qui assure que plus de 33 autres bâtiments ont été supprimés de la liste depuis la révolution du 25 janvier. Des amateurs et des professionnels de l’architecture font appel aux responsables d’intervenir immédiatement pour résoudre les problèmes qui menacent le reste du patrimoine de la ville d’Alexandrie, connue pour son architecture exceptionnelle. Ils proposent de recruter un personnel spécia­lisé qui sera en charge du contrôle régulier des villas et des sites de valeur afin de les protéger de toute démolition ou appropria­tion.

A son tour, Emad Abdel-Wahab, un archi­tecte de l’Université d’Alexandrie, avance un autre avis pour conserver ce patrimoine négli­gé. « On doit élaborer un plan intégré pour mettre un terme à la dilapidation des bâti­ments patrimoniaux à Alexandrie et dans toute l’Egypte, y compris un mécanisme éco­nomique pour maintenir ces bâtiments et indemniser leurs propriétaires afin d’empê­cher la démolition de cette richesse architec­turale, soit à travers un partenariat ou par l’achat de ces bâtiments. Ainsi, les respon­sables pourraient les proposer à la location aux grandes institutions pour les entretenir et les protéger », précise-t-il .

La villa Aghion, oeuvre des frères Perret

Ouvrage de commande passé aux frères Perret par Gustave Aghion, architecte faisant partie de la haute société cosmopolite de la ville d’Alexandrie et qui a quitté l’Egypte à la suite de la Révolution de 1952, la villa Aghion située dans un quartier résidentiel cossu d’Alexandrie du XIXe siècle, Wabour Al-Maya, et composée d’un bâtiment avec étage et jardin à l’arrière, est achevée en 1927. Construite en béton, utilisé pour la première fois dans cette ville, cette villa représente les débuts de l’architecture moderne. Les Perret disposaient d’un emplacement suffisant pour entourer l’édifice de jardins, avec pelouses, dallages et miroirs d’eau. Ils pouvaient se permettre le luxe d’une coupole de mosquée, couronnant à plus de onze mètres de hauteur le hall entre le grand salon et la salle à man­ger, et la façade est d’une agréable inspiration mi-orientale, mi-occi­dentale.

L’agréable villa Aghion, qui a été inscrite sur la liste de conservation des bâtiments et des zones patrimoniaux du gouvernorat d’Alexan­drie, a pourtant été menacée de disparition complète, et des bulldo­zers ont détruit sa façade en août 2009, mais suite aux protestations du comité de conservation, le gouvernement a mis fin aux travaux de démolition.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique