Mercredi, 17 avril 2024
Héritage > Archéologie >

Un nouveau secrétaire général du Conseil Suprême des antiquités suite à l'affaire Mykérinos

Nasma Réda, Jeudi, 14 mars 2024

Le premier ministre Mostafa Madbouly désigne Mohamed Ismail Khaled comme secrétaire général du Conseil Suprême des antiquités. Mostafa Waziry quitte ce poste après 7 ans suite à la polémique du projet du revêtement de la pyramide de Mykérinos.

s
Mohamed Ismail Khaled, nouveau secrétaire général du Conseil Suprême des antiquités. Photo : Ministère du Tourisme et des Antiquités

Le nouveau secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités (CSA), Mohamed Ismail Khaled, fait partie de l'équipe du ministère du Tourisme et des antiquités où il a commencé sa carrière professionnelle en tant qu’inspecteur d’archéologie au plateau des pyramides.

Khaled a également occupé des postes administratifs au CSA, tels que chef de l’administration centrale des antiquités du Caire et de Guiza, directeur du département de la recherche scientifique, superviseur général des comités permanents et des affaires des missions étrangères et coordonnateur général des travaux du projet de développement du plateau des pyramides.

C’est le premier ministre égyptien, Mostafa Madbouly, qui a décidé de désigner Mohamed Ismail Khaled à la place de Mostafa Waziry (57 ans), qui occupe ce poste depuis 2017.

Qui est le nouveau secrétaire général du CSA ?

Khaled jouit d’un parcours éducatif et professionnel riche. Il a étudié l’égyptologie à l’Université Charles à Prague et a travaillé comme professeur adjoint au département des antiquités égyptiennes à l’Université de Fortsbourg en Allemagne. Il a présidé la mission égypto-allemande à la pyramide du roi Sahourê (Ve dynastie pharaonique) dans la région archéologique d’Abou-Sir, où il a fait plusieurs découvertes archéologiques importantes, dont la découverte d’une collection des entrepôts.

Khaled a reçu de nombreuses bourses internationales pour la recherche archéologique de la Fondation Humboldt de l’Université de Fortsbourg et de la Fondation Hinkle en Allemagne. De même, il a été professeur à l’Institut du Proche-Orient et des civilisations au département des antiquités égyptiennes de l’Université américaine Yale.

La pyramide, source de controverse

Cette nomination fait suite à de nombreuses décisions controversées concernant les antiquités égyptiennes dont celui du « projet du siècle » concernant la pyramide Mykérinos, qui a été refusé par un comité des experts. Le consistait à recouvrir la pyramide de 16 rangées de dalles en granit afin de lui redonner son aspect original. Depuis lors, Waziry a suscité une grande polémique entre les archéologues, qui ont demandé de l’exclure de son poste.

De même, d’après les archéologues égyptiens, Waziry a supprimé de nombreux sites archéologiques, surtout islamiques, de la liste du patrimoine culturel du ministère, dont le bain ottoman au gouvernorat de Qéna, un des trois bains antiques restant en Haute-Egypte.

Waziry s’est rendu le 9 mars en Allemagne pour poursuivre les préparatifs de l’exposition « Ramsès et l’or des pharaons », prévue en juillet 2024.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique