Jeudi, 25 avril 2024
Héritage > Archéologie >

Joyaux archéologiques 2023 : le Grand Musée égyptien et les nouvelles découvertes

Dalia Farouq , Dimanche, 31 décembre 2023

Pour relancer le tourisme, l’Egypte investit massivement dans l’entretien de ses sites archéologiques, la recherche de nouvelles découvertes et l’inauguration des musées, apportant un nouvel élan à l'héritage culturel du pays.

s

 

Dans l’attente d’une inauguration majestueuse du Grand Musée égyptien

Dans l'attente de son inauguration grandiose, le Grand Musée égyptien (GEM), actuellement en phase d'ouverture expérimentale depuis près d'un an, a récemment dévoilé au public son imposant Grand Escalier, orné de monuments monumentaux. Depuis le 1er décembre 2023, le Grand Escalier, enrichi d'environ soixante statues et autres éléments monumentaux représentant des figures royales et divines ainsi que des fragments de temples, accueille ses premiers visiteurs. Depuis l'ouverture test en novembre 2022, touristes et écoliers peuvent désormais déambuler parmi ces pièces historiques. « Le Grand Escalier est une nouvelle zone à explorer au sein du GEM », selon un communiqué officiel du musée. Parmi les autres attractions du GEM, on trouve l’Obélisque suspendu de Ramsès II dans le grand hall, la colonne de Mérenptah et des statues ptolémaïques en granite rose de la baie d’Abou-Qir à Alexandrie, toutes inaugurées lors de l'ouverture partielle de 2022.

Après avoir franchi l'entrée ornée de cartouches des rois de l'Egypte Ancienne, les visiteurs découvrent un escalier où trônent dix statues colossales de Sénousret III. Ce Grand Escalier, pièce maîtresse du GEM, s'étend sur 6 500 m2 et comprend 105 marches, évoquant les allées antiques égyptiennes menant aux temples et pyramides. « Le Grand Escalier conduit aux principales salles du GEM, dont celle de Toutankhamon, encore fermée au public », précise le communiqué. Sa large base se termine par un panorama époustouflant sur le Plateau des pyramides de Guiza.

Les visiteurs peuvent se promener librement dans le Grand Hall, jalonné de sites remarquables tels que le colosse de Ramsès II, les dix statues de Sénousret III, la stèle de Saqqara, et la colonne de victoire de Mérenptah. Le Musée pour enfants offre des visites virtuelles et des expériences interactives avec les dernières technologies du musée. Les galeries principales et les deux grandes salles dédiées à Toutankhamon resteront inaccessibles jusqu'à l'inauguration officielle.

Le GEM, dans sa phase d'ouverture expérimentale, présente également « Toutankhamon — L'exposition immersive » depuis le 21 novembre, pour une durée de trois mois. Cette exposition, première en son genre au GEM, offre des effets sonores et visuels impressionnants, créant une expérience immersive autour de l'histoire fascinante de l'Egypte Ancienne. Les inspecteurs du GEM expliquent que cette exposition permet de découvrir en profondeur l'histoire et les croyances de l'ancienne Egypte, ainsi que les trésors de la tombe de Toutankhamon. « C’est une opportunité exceptionnelle de plonger dans la vie et l'histoire du roi Toutankhamon, racontées en grande partie par lui-même », ajoute l'archéologue Khaled Saad, membre du Conseil suprême des antiquités.

 

Une découverte époustouflante à la pyramide de Chéops

Scan Pyramids révèle une découverte surprenante dans la pyramide de Chéops L'équipe de ScanPyramids, active dans la pyramide de Chéops depuis 2015, a récemment découvert un tunnel mystérieux derrière l'entrée principale du monument. D'une longueur de presque 9 mètres, d'une largeur de plus de 2 mètres et d'une hauteur de 2 mètres avec un plafond en chevrons, cette trouvaille dans le côté nord de la pyramide éveille la curiosité tant des passionnés que des experts. « Cette découverte est cruciale, elle montre que la pyramide dissimule encore bien des secrets, révélables grâce à la technologie moderne », déclare Zahi Hawas, éminent égyptologue et membre de l'équipe scientifique de ScanPyramids.

Ce tunnel recouvre le couloir principal incliné, débutant par une porte en chevron menant aux chambres souterraines. « Cette structure en chevron vise à alléger le poids et à répartir les charges dans la pyramide, en particulier pour les cinq chambres au-dessus de la chambre funéraire du roi, dont la dernière présente un plafond triangulaire », explique Mostafa Waziry, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités. Les experts de ScanPyramids ont utilisé des techniques avancées, telles que la thermographie infrarouge pour établir une carte thermique révélant des cavités cachées, et la radiographie par muons développée au Japon par les équipes du KEK (High Energy Accelerator Research Organization) et l’Université de Nagoya, pour examiner précisément les structures internes méconnues des pyramides.

 

Saqqara, un site qui n’a pas encore dévoilé tous ses secrets

La nécropole de Saqqara, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979, continue de nous surprendre. Fin janvier 2023, de précieuses découvertes ont été faites par une mission égyptienne à Gisr Al-Modir, incluant la plus ancienne momie non royale connue de l'Egypte Ancienne. Zahi Hawas, qui dirige les fouilles dans cette vaste zone, a annoncé la découverte d'une momie complètement dorée, de trois sarcophages en pierre, de quatre tombes bien conservées avec inscriptions, de plusieurs puits funéraires en forme de « L », de statues, d'ouchebtis, de poteries et d'autres objets. « Pour la première fois, nous révélons une momie non royale entièrement recouverte d'or. Il s'agit de Hekashepes, selon les inscriptions de son lourd sarcophage en calcaire, scellé depuis plus de 4 300 ans », souligne Hawas. Lors du nettoyage d'un puits funéraire profond de 15 mètres, une fausse porte a été découverte, ouvrant sur un ensemble de poteries et pots en albâtre entourant le sarcophage de l'Ancien Empire.

Plus tard, en mai 2023, deux ateliers de momification et deux tombes ont été mis au jour dans la nécropole, au sud du Caire. Le ministère du Tourisme et des Antiquités a annoncé que la mission du Conseil Suprême des Antiquités a découvert ces ateliers dédiés à la momification d'humains et d'animaux, ainsi que deux tombes appartenant à des dignitaires, l'une datant de l'Ancien Empire et l'autre du Nouvel Empire. « Ces ateliers de momification, datant de la fin de la XXXe dynastie et du début de l'ère ptolémaïque, sont les plus grands et les plus complets jamais découverts », a déclaré avec fierté Moustapha Waziri, président du CSA, lors d'une conférence de presse sur le site de Saqqara. Ces découvertes exceptionnelles mettent en lumière la richesse inépuisable de Saqqara en tant que site archéologique clé, continuant à révéler des trésors historiques qui enrichissent notre compréhension de l'Egypte ancienne.

 

Toujours à Saqqara, le musée d’Imhotep fait peau neuve

Le musée d’Imhotep à Saqqara, pensé par l’archéologue français Jean-Philippe Lauer, a été inauguré en mai 2023 après plusieurs années de travaux de restauration. Ce musée, le premier du genre à établir le concept de « musée de site » dans le pays, est situé sur le site archéologique de Saqqara. Il est consacré à l’architecte Imhotep, concepteur de la pyramide à degrés, et à l’archéologue Jean-Philippe Lauer, qui a consacré sa vie aux fouilles de ce site. Le bâtiment, un petit édifice d'un seul étage, se fond dans le paysage sablonneux sur la route menant au complexe funéraire de Djéser. Il comprend une salle dédiée à Philippe Lauer, où sont exposés ses livres, découvertes, et objets personnels, une salle nommée le Style de Saqqara avec des objets quotidiens, et une salle Tombeaux de Saqqara présentant de vraies tombes et momies de la région.

Les mosquées antiques reprennent leurs splendeurs en 2023

Al-Hakim bi-Amr Allah. Après six ans de restauration, la mosquée Al-Hakim bi-Amr Allah a repris sa splendeur. Inaugurée en mai 2023, cette mosquée est l’un des joyaux de l’architecture islamique en Egypte.  Les plus impressionnantes caractéristiques de cette mosquée sont ses minarets, les plus anciens minarets « survivants » du Caire, et l’entrée spectaculaire de la mosquée qui ressemble à un propylône, lequel est davantage l’apanage de l’architecture de l’Egypte Ancienne. Cette mosquée fut construite en 989 sous le règne du calife Al-Aziz Bi Allah Al-Fatimi, décédé avant l’achèvement des travaux de construction. C’est son fils Al-Hakem Bi Amr Allah qui avait poursuivi sa construction. C’est pourquoi on a donné son nom à la mosquée. Elle se distingue par ses deux minarets, entourés de deux grandes bases sous forme de pyramide.

Les mosquées antiques reprennent leurs splendeurs en 2023 La mosquée Al-Hakim bi-Amr Allah, un joyau fatimide Après six ans de restauration, la mosquée Al-Hakim bi-Amr Allah a repris sa splendeur et a été inaugurée en mai 2023. Cet édifice, un des joyaux de l’architecture islamique en Egypte, est célèbre pour ses minarets, les plus anciens encore debout au Caire, et son entrée majestueuse évoquant un propylône typique de l’architecture de l’Egypte Ancienne. Construite en 989 sous le calife Al-Aziz Bi Allah Al-Fatimi et achevée par son fils Al-Hakem Bi Amr Allah, elle se distingue par ses deux minarets octogonaux, surmontés de deux grandes bases pyramidales. Au-dessus des deux pyramides nous pouvons trouver le corps du minaret sous forme octogonale. Nous découvrons de belles décorations en milieu de façade et entre les deux minarets. Initialement située à l’extérieur de l’enceinte septentrionale du Caire, elle est désormais intégrée à la ville.

 

Al Zaher Baybars. La mosquée d’Al-Zaher Beibars, un important monument de l'époque mamelouke, a rouvert ses portes en juillet 2023 après une longue période de restauration. Construite en 1268 par Al-Zaher Beibars, se trouve au cœur de la place éponyme, entourée d'une grande muraille en calcaire. La mosquée, deuxième plus grande en Egypte après celle d’Ibn Touloun, a été utilisée pour diverses fonctions pendant 225 ans avant de rouvrir pour la prière.

Le musée gréco romain reprend vie

Le Musée gréco-romain d’Alexandrie a rouvert en octobre 2023, après 18 ans de fermeture, dont 5 ans consacrés à son développement. Avec 6 000 pièces antiques, le musée illustre les interactions entre l'Egypte et les civilisations grecque et romaine. Le mot grec « MoYΣEIoN » qui veut dire « musée » en grec, est gravé sur la façade du musée, et couvre une superficie de 4 500 m². Sami Al-Chanchoury, superviseur de la restauration, explique que le projet comprenait le renforcement des murs, la restauration de la façade, l'amélioration des systèmes d'éclairage et de surveillance, contribuant à la préservation de l'édifice et des œuvres exposées.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique