Lundi, 22 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Il était une fois une ville nommée Le Caire

Doaa Elhami, Mardi, 02 juillet 2013

il etait une fois

969, c’est l’année de la fondation du Caire, capitale actuelle de l’Etat égyptien. Cette nouvelle ville naissante a été installée par Gawhar Al-Séquelli, le vizir du calife fatimide Al-Moez Ledine Allah, pour regrouper les anciennes capitales d’Egypte : Fostat et Qataee. L'appellation de la nouvelle capitale Al-Qahira, signifiant « la victorieuse ou la dominante », a fait l’objet de plusieurs documentaires. « D’après la légende, une corneille s’est posée sur les fils des sonnettes, les réactivant et les ouvriers se sont mis à l’ouvrage », retrace le professeur des monuments islamiques André Raymond dans son livre Le Caire. Ce nom aurait été attribué par le calife Al-Moez. Son objectif était de fonder une ville qui domine le monde entier.

La nouvelle capitale a été encerclée d’une muraille avec huit portes surmontées de tours de protection. Bab Al-Nasr, Bab Al-Fotouh, Bab Zweila et Bab Al-Mahrouq sont les plus célèbres et existent encore jusqu’à aujourd’hui. Une grande partie du Caire a été répartie en plusieurs quartiers isolés les uns des autres, afin d’abriter les différentes troupes venant du Maghreb. Quant à la vie administrative, elle a été conservée dans Fostat, ancienne capitale.

Concernant le culte musulman, le vizir Gawhar Al-Séquelli avait érigé une somptueuse mosquée au sein de la nouvelle ville nommée Al-Azhar. La première prière a eu lieu en 362 de l’hégire – 973 J.-C. à l’occasion de la fête du petit Baïram, où le calife lui-même avait dirigé la prière.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique