Mercredi, 06 décembre 2023
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Qandil fait sa pub

Dalia Farouq, Mardi, 28 mai 2013

Le premier ministre, Hicham Qandil, s’est rendu la semaine dernière à Hurghada, où il a inauguré le nouveau terminal de l’aéroport de la ville. Qandil a rencontré les investisseurs du secteur touristique et a promis de résoudre les problèmes.

Hurghada
Qandil lors de l'inauguration de l'aéroport.

Pour relancer le secteur du tourisme plongé dans une crise flagrante depuis la révolution, le premier ministre, Hicham Qandil, s’est rendu la semaine dernière à Hurghada afin d’inaugurer le nouveau terminal de l’aéroport de cette ville. Qandil en a profité pour rencontrer les responsables du tourisme et les investisseurs de ce secteur. « Le gouvernement fait tout son possible pour soutenir le secteur du tourisme. Nous sommes vraiment conscients de l’importance de ce secteur pour relancer l’économie. Le tourisme rapporte 11,3 % du PNB en Egypte », a expliqué Qandil, qui a rencontré des touristes de différentes nationalités. « L’Egypte est un pays sûr. Il ne faut pas réduire l’Egypte à la place Tahir. Nous sommes convaincus que la stabilité et la sécurité sont les mots-clés pour une reprise du tourisme », a assuré Qandil.

Les investisseurs du tourisme en mer Rouge ont saisi l’occasion de la visite de Qandil à Hurghada pour évoquer les problèmes auxquels ils sont confrontés. Le premier problème est le manque de solar, source de nombreux désagréments dans les hôtels et les villages touristiques à Hurghada et dans toute la région de la mer Rouge et du Sud-Sinaï. « Tous les établissements touristiques en mer Rouge opèrent avec des générateurs d’électricité qui fonctionnent avec le solar. La disparition du solar a donné lieu à un marché noir. C’était un grand problème l’été dernier et nous avons demandé au premier ministre de prendre des mesures pour que le scénario dramatique de l’année dernière ne se répète pas », indique Ali Réda, président de l’Organisation des investisseurs du tourisme de la mer Rouge.

Pour sa part, le ministre du Tourisme, Hicham Zaazoue, a annoncé la création d’un fonds de 6 milliards de L.E. pour soutenir financièrement le secteur du tourisme et aider les établissements touristiques à amortir la hausse des prix du solar. Parallèlement, un projet qui consiste à convertir les hôtels au gaz naturel, moins coûteux et peu polluant, a été mis en place. « C’est la solution radicale pour les problèmes d’énergie dans le secteur du tourisme », a déclaré le ministre.

Outre le problème de l’énergie, l’augmentation des prix de visas et ceux de billets d’entrée sur les sites archéologiques était l’autre problème évoqué par les professionnels du tourisme. « Comment se fait-il qu’on soit en crise et qu’au lieu d’encourager les touristes avec des réductions on augmente, au contraire, les prix de visas et de billets d’entrée sur les sites archéologiques ? », se demande Hossam Al-Chaer, président de la Chambre des agences de voyages. Il ajoute que ces augmentations ont été décidées sans concertation avec les investisseurs et les professionnels du secteur. « Cela est gênant car nous faisons nos contacts une année à l’avance, et il est impossible d’imposer des frais supplémentaires aux touristes une fois les contrats signés », explique-t-il. Et d’ajouter : « C’est nous qui payons cette différence de prix alors que nous souffrons de problèmes financiers et que de nouveaux impôts ont été imposés au secteur du tourisme ». A cet égard, le ministre du Tourisme a assuré qu’en échange de cette augmentation des prix de visas à 25 dollars au lieu de 15, appliquée à partir de novembre prochain, il y aura des facilités pour l’obtention des visas dans les aéroports égyptiens. « Je suis sûr que tous ces problèmes sont faciles à surmonter à condition que la sécurité soit rétablie en Egypte », conclut Zaazoue, en promettant aux investisseurs d’examiner un allégement des fardeaux qui pèsent sur eux.

Les coulisses de la visite

— Pendant sa présence à Hurghada, Qandil s’est rendu dans la réserve naturelle de l’île de Geftoun. Il a affirmé que le tourisme écologique, composant important du produit touristique égyptien, est la juste voie pour réaliser le développement durable en matière de tourisme, d’où l’importance de préserver cette forme de tourisme.

— Le ministre du Tourisme, Hicham Zaazoue, a déclaré que l’Egypte arrive au 22e rang parmi les 50 plus grandes destinations touristiques au monde, selon le dernier baromètre du tourisme dans le monde, publié par l’Organisation mondiale du tourisme. L’Egypte figurait au 27e rang lors de l’avant-dernière édition du baromètre publiée 2012.

— Le ministre de l’Aviation civile, Wael Al-Maadaoui, a indiqué que les travaux de réaménagement de l’aéroport d’Hurghada qui visent notamment à construire un nouveau terminal ont coûté 1,6 milliard de L.E. Ce terminal a une capacité d’accueil de 7,5 millions de touristes par an. Ce qui augmente la capacité totale de l’aéroport à 14 millions de touristes par an.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique