Lundi, 24 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Hurghada : Un nouvel hôtel charia-compatible

Dalia Farouq, Mardi, 07 mai 2013

La récente ouverture d’un hôtel sans alcool avec un étage réservé aux femmes reflète une tendance au tourisme « halal ». Son propriétaire souhaite attirer une nouvelle clientèle religieuse.

Hôtel sans alcool

Le réglisse, le carcadé et le tamr hendi étaient les boissons servies lors de la célébration de l’inauguration du premier hôtel sans alcool à Hurghada. l’hôtel 4 Win qui possède trois étoiles, 134 chambres et 35 suites, vient d’ouvrir ses portes.

Ses « plus » : l’absence d’alcool et la non-mixité qui se traduit par un étage exclusivement réservé aux femmes, avec deux salles de divertissement. En outre, le dernier étage sera doté d’une piscine pour les femmes et où les membres du service de sécurité et les hôtesses seront également des femmes.

Alors que le tourisme en Egypte est en berne en raison de la crise politique, les responsables de cet hôtel souhaitent encourager les touristes musulmans à venir séjourner dans un lieu en conformité avec leurs principes religieux. La clientèle attendue est donc musulmane, qu’elle soit étrangère ou égyptienne. L’objectif est de répondre à une demande croissante provenant des touristes musulmans.

Une offre et des contradictions

Pourtant, le propriétaire de cet hôtel affirme que son hôtel est ouvert à tous, musulmans ou non, peu importe la nationalité ou la religion. « Je refuse l’appellation d’hôtel islamique, je dirai plutôt que c’est un hôtel conservateur. On a aussi souhaité proposer de nouvelles prestations qui pourraient attirer une nouvelle clientèle musulmane à côté des touristes occidentaux. C’est l’une des stratégies qui pourraient peut-être relancer le tourisme égyptien », estime Yasser Kamal, propriétaire de l’hôtel.

Il ajoute que son objectif est de refléter l’image de la « vraie » Egypte où, selon lui, il n’y a pas d’alcool dans la vie quotidienne, contrairement au mode de vie des touristes.

Hôtel sans alcool

Cet aspect a été souligné lors de la cérémonie d’inauguration de l’hôtel à laquelle ont assisté des membres de partis salafistes, des Frères musulmans et d’Al-Azhar. La cérémonie a commencé par une séance de « purge » des différentes bouteilles d’alcool présentes dans l’hôtel. Elles ont été déversées dans la rue qui longe l’établissement. Un acte symbolique. Cependant, et contre toute attente, le propriétaire de l’hôtel affirme que le touriste qui vient avec son propre alcool est aussi le bienvenu. « Les touristes sont tout à fait libres d’apporter les boissons qu’ils veulent tant qu’ils les boivent dans leurs chambres », affirme Kamal

Campagne de pub

La campagne médiatique qui a accompagné l’inauguration de cet hôtel a eu un large écho. En effet, depuis le 25 janvier, des factions religieuses radicales ont appelé à l’interdiction de l’alcool, du port du bikini et de la mixité dans les établissements touristiques en Egypte. Ce qui a provoqué une forte résistance de la part des professionnels du tourisme dans la mesure où l’économie égyptienne repose à hauteur de 12 % sur le tourisme.

« Ce n’est pas nouveau en Egypte. Il y a déjà six hôtels qui ne vendent pas d’alcool et beaucoup d’autres réservent une piscine ou des plages aux femmes. C’est seulement une manière de faire de la pub pour son hôtel et d’attirer les tendances religieuses radicales », explique Wagdi Al-Kerdani, membre de la Chambre des agences de voyages.

Il ajoute que la campagne d’information qui a accompagné le lancement de l’hôtel pourrait effrayer les touristes européens. Ceux-ci mêmes qui représentent le pilier du secteur du tourisme égyptien et qui n’acceptent guère de remettre en question leur liberté individuelle.

Khaled Saïd, porte-parole du Front salafiste, affirme que c’est un nouveau genre de tourisme qui voit le jour en Egypte. Pour lui, ce tourisme doit être développé car il est conforme aux préceptes de la charia islamique qui doit être la référence dans tous les domaines. « C’est une tendance en vogue dans le monde entier intitulé le tourisme halal et on doit le soutenir en Egypte », estime-t-il. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde ... .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique