Dimanche, 16 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

La mosquée Beibars revit

Nasma Réda, Mardi, 19 avril 2016

Suite à des travaux de rénovation, la mosquée Al-Zaher Beibars dans le Delta vient d’être inaugurée.

La mosquée Beibars revit
(Photo : Moustapha Emeira)

Après six ans de fermeture, la mosquée d’Al-Zaher Beibars (1223-1277), dans le gouvernorat de Qalioubiya situé à 15 km au nord-est du Caire, a été inaugurée. Remontant à l’époque des Mamelouks (1250-1517), cette mosquée aussi dénommée la Grande Mosquée est un exemple remarquable de l’architecture de cette époque. Cette mosquée bénéficie depuis 2010 de travaux de restauration qui ont commencé par le sauvetage de son minaret et des inscriptions islamiques qui décorent ses murs. « La réparation du système de drainage était notre plus grand obstacle. Il était indis­pensable de s’atteler à cette tâche au plus vite. Une fois terminée, on a commencé à renforcer les murs, les colonnes ainsi que les voûtes et les planches en bois qui constituent les pla­fonds », explique Waad Abdel-Al, chef du département des projets au ministère des Antiquités.

Il ajoute : « On a dû supprimer les anciennes tentatives de restauration qui étaient parfois faites par les fidèles de la mosquée et les ouvriers de la région ». Les minutieux travaux de restauration qui ont été effectués ont ainsi permis de sauver les éléments décoratifs et les textes historiques présents depuis la fondation de cette Grande Mosquée. « On a réussi à ce que les éléments décoratifs ainsi que les balcons et la porte d’entrée reprennent leur beauté d’antan », souligne Al-Saïd Helmi, directeur du secteur des monuments isla­miques. Le coût de ces travaux a atteint 4 mil­lions de L.E.

Ce monument est pour les citoyens non seu­lement un édifice religieux, mais un endroit historique témoin d’une partie importante de l’histoire de l’Egypte aussi. Al-Zaher Beibars Al-Bendeqdari fut un grand combattant contre les Mongols et les Croisés. Ce cavalier a régné sur l’Egypte entre 658 et 676 de l’Hégire (1260-1277). Pour autant, ses campagnes mili­taires ne l’ont en rien détourné de son intérêt pour l’architecture. Il laissa de nombreux édi­fices, religieux et civils, dont cette grande mosquée fondée en 672 de l’année de l’hégire. Al-Zaher Beibars fut le premier grand sultan de l’époque mamelouke à assurer à l’Egypte un essor politique et militaire.

Les histoires glorieuses qui entourent sa personne restent jusqu’à nos jours le thème de contes pour enfants. Outre ces histoires mythiques, beaucoup de citoyens de la région croient en l’existence d’un tunnel creusé à l’époque sous la mosquée pour des raisons militaires. « Nos ancêtres nous ont raconté que ces tunnels ont des longueurs inimagi­nables et que l’un d’eux relie cette mosquée à celle d’Al-Azhar au Caire », dit une femme dans la cinquantaine. « Pas une trace de ces rumeurs populaires. Ce n’est qu’un lieu histo­rique, qui a pu heureusement être restauré », assure Helmi.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique