Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Assiout: Chef-d’oeuvre d’une époque révolue

Doaa Elhami, Mardi, 15 janvier 2013

En 1910, le notaire d’Assiout Alexan Abiscaroun a choisi un terrain d’une superficie globale d’un feddan et demi, soit 7 000 m2 sur la rive du Nil, afin d’installer son palais.

Chef-d
Les initiales des propriétaires gravées sur les linteaux.

Le palais sera finalement construit sur un feddan, entouré d’un jardin verdoyant d’un demi-feddan. Le style architectural du palais sera classique. « Ce style européen était en vogue en Egypte à l’époque », explique Ahmad Awad, directeur général de monuments coptes et islamiques à Assiout. Le palais devient alors un vrai chef-d’oeuvre architectural. En effet, les éléments décoratifs de chaque façade varient l’un de l’autre. Alors que la façade nord se caractérise par les décors rayonnants, sur la façade sud on trouve le fameux style décoratif rococo composé de reliefs végétaux. Quant à la façade gauche, elle est dominée par des ornements végétaux. Mais la façade du palais représente le chef-d’oeuvre par excellence. Outre les reliefs végétaux, elle se distingue par les ornements en spirale ainsi que les feuilles végétales. Autre particularité : la façade est donnée sur le Nil. « C’est la façade principale du palais. Le pacha avait ordonné de fonder un port privé, afin d’accéder à son palais à partir du fleuve », reprend Awad. Et ce, sans oublier les quatre tours carrées dressées aux quatre coins du palais.

Construit de pierre rouge et de calcaire, le palais d’Alexan se compose de 3 étages. Les deux premiers en sont les plus importants, puisque le troisième était consacré aux serviteurs. Le premier étage se compose d’une grande salle entourée de 9 pièces, ainsi que d’un groupe de corridors et de salles de bain reliées entre elles par des portes internes. Les salles du premier étage sont ornées de reliefs végétaux et géométriques dorés d’une grande finesse. Citons, à titre d’exemple, la salle à manger, la salle de billard, l’entrée et bien d’autres. Le plus remarquable est que « les murs et les plafonds de chacune des salles sont ornés de motifs représentant l’activité de chaque pièce », commente le directeur, ébloui. Et ce, en mettant l’accent sur la niche de l’argenterie qui reflète le style artistique d’une époque déjà disparue. Outre ces trésors, le premier étage est orné d’une variété de statues de différentes tailles représentant les protagonistes littéraires gréco-romains répartis dans les coins. D’ailleurs, sur les murs sont accrochées beaucoup de peintures « des membres de la famille du pacha réalisées par des peintres européens », explique Ahmad Awad.

Pour lui, la plus importante est celle d’Alexan en grandeur nature, et ce, sans oublier les diverses peinturesqui représentent les chevaux. Quant au deuxième étage, il comprend des salles qui étaient utilisées dans la vie quotidienne des membres de la famille, comme les salles de bain et les chambres à coucher.

Outre l’architecture et la décoration distinguées, le palais avait vécu des événements historiques d’une importance majeure. En effet, le palais « a été honoré par la visite du roi Farouq et de la reine mère, la reine Nazli, à deux reprises »,commente Awad. La première était en janvier 1937, lorsque le roi Farouq est allé à Assiout afin d’inaugurer l’Institut scientifique et religieux et de suivre les opérations de certains projets dans la ville. Lors de cette visite, le cortège royal était l’hôte du notaire Alexan dans son palais. Une visite soulignée par l’admiration de la reine Nazli pour l’architecture de l’édifice et sa décoration. Un an plus tard, en janvier 1938, le roi Farouq décida de se rendre à la ville d’Assiout une seconde fois. But essentiel : suivre les opérations de fortification du barrage d’Assiout. Au cours de son séjour, le roi Farouq préféra être l’hôte de la famille Abiscaroun.

En outre, notons que « les documents de l’époque retracent les décorations du palais d’Alexan et celles de la famille Wissa pour célébrer les visites royales à Assiout », souligne le directeur.En outre, le palais d’Alexan jouera un rôle primordial dans la vie sociale copte. La famille accueillera un nombre de délégués de la première Conférence copte qui s’est tenue en mars 1910. Cet événement avait duré 3 jours, suite à l’invitation des coptes à organiser une réunion générale à Assiout afin de programmer leur vie politique et parlementaire ainsi que leur vie sociale et économique. Ces événements mettent le point sur l’importance politique et religieuse de la ville d’Assiout pendant la première moitié du XXe siècle et notamment du palais d’Alexan .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique