Lundi, 24 juin 2024
Economie > Tech >

Désinformation: avertissement de l'UE à X sur une baisse des moyens de modération

AFP , Mercredi, 08 mai 2024

s
L'UE réclame des explications au réseau social X. Photo AFP.

La Commission européenne a de nouveau réclamé mercredi des explications au réseau social X sur ses pratiques de modération de contenus, regrettant une baisse des moyens déployés par le groupe d'Elon Musk à l'approche d'élections cruciales.

Des dirigeants européens se sont inquiétés récemment de possibles manipulations de l'opinion par la Russie à quelques semaines du scrutin européen prévu du 6 au 9 juin.

Bruxelles avait déjà ouvert en décembre une enquête formelle contre le réseau social X (anciennement Twitter) pour des manquements présumés en matière de modération des contenus.

Fin avril, deux autres procédures de ce type ont été engagées contre Facebook et Instagram, également soupçonnés de ne pas respecter leurs obligations en matière de lutte contre la désinformation.

Mercredi, la Commission a expliqué dans un communiqué avoir demandé à X des explications sur la diminution de ses ressources de modération de contenus, dans le cadre du règlement sur les services numériques (DSA). Elle réclame au groupe américain "des informations détaillées et des documents internes".

Selon l'exécutif européen, un rapport récent de la plateforme "a révélé que X avait réduit son équipe de modérateurs de contenu de près de 20%" par rapport à des chiffres publiés en octobre, "réduisant la couverture linguistique au sein de l'Union européenne de 11 à 7 langues".

La Commission souhaite également obtenir des précisions "sur les mesures d'atténuation des risques liés à l'impact des outils d'intelligence artificielle générative sur les processus électoraux".

Cela s'apparente à une mise en garde au sujet de l'intelligence artificielle conversationnelle de X, baptisée Grok et dévoilée en novembre. Elle n'a pas encore été lancée dans l'UE, mais est déjà disponible aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Le DSA oblige les grandes plateformes comme X à conduire une analyse de risques avant tout lancement de nouveau service en Europe et à mettre en oeuvre des mesures d'atténuation de ces risques, si nécessaire. Grok, concurrent du célèbre ChatGPT d'OpenAI, a déjà été mis en cause dans la presse pour avoir mis en valeur de fausses informations.

Le règlement sur les services numériques s'applique depuis fin août aux plateformes en ligne les plus puissantes comme X, TikTok, ainsi que les principaux services de Meta (Facebook, Instagram), Apple, Google, Microsoft ou Amazon.

Au total, 23 très grands acteurs de l'internet, dont trois sites pornographiques (Pornhub, Stripchat et XVideos), ont été placés sous la surveillance directe de la Commission européenne, qui a recruté plus d'une centaine d'experts à Bruxelles pour assumer son nouveau rôle de gendarme du numérique.

Les contrevenants s'exposent à des amendes pouvant atteindre jusqu'à 6% de leur chiffre annuel mondial, voire à une interdiction d'exercer en Europe en cas de violations graves et répétées.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique