Jeudi, 20 juin 2024
Economie > Tech >

Meta identifiera à partir de mai les sons, images et vidéos générés par l'IA sur ses réseaux sociaux

AFP , Vendredi, 05 avril 2024

La maison mère de Facebook considère désormais qu'il est préférable d'ajouter "des étiquettes et du contexte" à ces contenus, plutôt que de les supprimer.

s
le logo Meta (anciennement Facebook) sur un smartphone. Photo : AFP

Le géant américain Meta va identifier sur ses réseaux sociaux les sons, images et vidéos générés par l'intelligence artificielle (IA) à partir du mois de mai, selon une note de blog publiée vendredi.

"Nous prévoyons de commencer à étiqueter les contenus générés par l'IA en mai 2024", a expliqué Monika Bickert, vice-présidente en charge des politiques de contenus de la maison mère de Facebook, Instagram et Threads, précisant que la mention "Made with AI" allait être apposée "sur un plus grand nombre de contenus vidéo, audio et images" que précédemment.

Ces contenus seront marqués par la plateforme si elle détecte "des indicateurs d'image d'IA conformes aux normes de l'industrie" ou si "des personnes indiquent qu'elles mettent en ligne des contenus générés par l'IA", a-t-elle souligné.

Le groupe californien annonce plus globalement qu'il va modifier sa manière de traiter les contenus modifiés par une IA, après consultation de son conseil de surveillance, estimant que "la transparence et davantage de contexte sont désormais la meilleure façon de traiter les contenus manipulés", "afin d'éviter le risque de restreindre inutilement la liberté d'expression".

En l'occurrence, il considère désormais qu'il est préférable d'ajouter "des étiquettes et du contexte" à ces contenus, plutôt que de les supprimer comme il s'y employait jusqu'ici.

Meta a néanmoins précisé qu'il allait continuer de retirer de ses plateformes tout contenu, qu'il soit créé par un humain ou une IA, allant à l'encontre de ses règles "contre l'ingérence dans le processus électoral, l'intimidation, le harcèlement, la violence (...) ou toute autre politique figurant dans nos normes communautaires".

Il compte également sur son réseau "d'environ 100 fact-checkers indépendants" pour repérer les contenus générés par IA "faux ou trompeurs".

La maison mère de Facebook avait annoncé en février son souhait d'étiqueter toute image générée par IA, une décision prise sur fond de lutte contre la désinformation. D'autres géants de la tech comme Microsoft, Google ou OpenAI ont pris des engagements similaires.

L'essor de l'IA générative fait craindre que des personnes n'utilisent ces outils pour semer le chaos politique, notamment par le biais de la désinformation ou de la mésinformation, à l'approche de plusieurs élections majeures cette année, notamment aux Etats-Unis.

Au-delà de ces scrutins, le développement de programmes d'IA générative s'accompagne de la production d'un flux de contenus dégradants, selon de nombreux experts et régulateurs, à l'image des fausses images ("deepfakes") pornographiques de femmes célèbres, phénomène qui vise également des anonymes.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique