Dimanche, 16 juin 2024
Economie > Tech >

Salon mondial du mobile: l'IA au coeur des conversations

AFP , Lundi, 26 février 2024

MWC
Les participants visitent le stand du fabricant sud-coréen Samsung lors du Mobile World Congress (MWC), le plus grand rassemblement annuel de l’industrie des télécommunications, à Barcelone. Photo : AFP

Au Salon mondial du mobile (MWC), l'intelligence artificielle (IA) domine toutes les conversations: le rendez-vous phare du secteur des télécoms, qui a ouvert lundi à Barcelone, mise sur cette technologie pour trouver un nouvel élan alors que les ventes de smartphones sont au plus bas.

"Nous sommes confrontés à un manque de croissance. Nous devons donc rechercher des opportunités", a prévenu en ouverture Mats Granryd, directeur général de l'Association mondiale des opérateurs télécoms (GSMA), qui organise l'événement depuis 2006 dans la capitale catalane.

Selon le cabinet spécialisé IDC, 1,17 milliard de smartphones ont été vendus dans le monde l'an dernier, soit le plus faible niveau depuis 10 ans. Mais les ventes ont redémarré au quatrième trimestre (+8,5%) et "la dynamique laisse entrevoir une reprise rapide", souligne-t-il.

En perte de vitesse depuis quelques années, en l'absence d'innovations susceptibles d'attirer l'attention sur les nouveaux modèles, le marché du mobile espère poursuivre son rebond dans les prochains mois grâce aux apports de l'intelligence artificielle.

"L'IA est probablement la révolution la plus profonde de l'histoire de l'humanité: pour la première fois, les humains créent une technologie capable de penser. Cela change la donne", a martelé lundi Jose Maria Alvarez Pallete, patron de l'opérateur Telefonica.

Cette technologie "est clairement en voie de démocratisation et est désormais embarquée partout: dans les téléphones, dans les périphériques, dans les réseaux", souligne Thomas Husson, analyste chez Forrester, qui s'attend à ce que l'IA vienne "relancer l'innovation".

Plusieurs fabricants ont annoncé à Barcelone leurs percées technologiques dans le domaine, à l'image du fabricant américain de puces Qualcomm ou du chinois Honor, qui a dévoilé une caméra dopée à l'intelligence artificielle.

"Nous assistons à une combinaison de modèles d'IA qui peuvent désormais être portés directement sur un smartphone et de puces qui sont suffisamment puissantes pour permettre à ces calculs d'être effectués sur le téléphone", explique à l'AFP Ben Wood, analyste chez CSS Insight.

"Changer de direction" en Europe

Les opérateurs SKT (Corée du Sud), Deutsche Telekom (Allemagne), e& (Emirats arabes unis), Singtel (Singapour) et le conglomérat japonais SoftBank Corp. ont de leur côté annoncé leur intention de créer une "entreprise commune", afin notamment de développer des modèles de langage, à la base des interfaces d'IA générative.

Ils seront "spécifiquement adaptés aux besoins des entreprises de télécommunication", en les aidant à améliorer leurs interactions avec les clients via les assistants numériques et les chatbots.

Durant quatre jours, près de 100.000 professionnels et 2.500 exposants sont attendus à cette grand-messe annuelle, selon la GSMA, qui regroupe près de 750 opérateurs et fabricants du secteur des télécoms (Samsung, Huawei, Xiaomi, Orange, Vodafone...). Mais aussi des poids lourds de la tech et de l'industrie, comme Airbus, Google et Amazon, le MWC ayant élargi son audience depuis plusieurs années.

Au rayon innovation, le géant sud-coréen Samsung a présenté pour la première fois au public son nouvel accessoire connecté de santé, un anneau baptisé "Galaxy Ring", dont la commercialisation est prévue pour le second semestre 2024, mais sans donner plus de détails sur le prix pour l'instant.

Autre sujet au centre des préoccupations des acteurs du secteur: la recomposition du marché européen des télécoms, avec la fusion annoncée en Espagne entre Orange et MasMovil, alors que la Commission européenne a publié mercredi dernier un livre blanc plaidant pour la création "d'un véritable marché unique".

"Les décideurs politiques européens doivent changer de direction dès maintenant. L'Europe a besoin d'investissements et les investisseurs ont besoin de voir des changements, comme la politique de la concurrence qui permet à chaque marché d'atteindre des économies d'échelle", a plaidé Margherita Della Valle, patronne de l'opérateur Vodafone, dont la filiale italienne fait notamment l'objet de plusieurs convoitises.

"Actuellement, notre cadre réglementaire est trop fragmenté. Il y a encore trop d'obstacles réglementaires à la création d'un véritable marché unique des télécommunications", a admis le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton, présent à Barcelone, réitérant sa volonté de permettre l'émergence d'opérateurs paneuropéens.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique