Dimanche, 19 mai 2024
Economie > Tech >

Les inspections de Boeing 737 MAX 9 se multiplient après l'envol d'une porte

AFP, Dimanche, 07 janvier 2024

Le mouvement d'inspection de Boeing 737 MAX 9 s'étend dimanche dans le monde, deux jours après un incident survenu sur un avion de la compagnie américaine Alaska Airlines qui a perdu une porte en plein vol.

s
Un Boeing 737 MAX 9. Photo : AP

A l'instar de compagnies américaines comme United Airlines, l'une des premières mondiales, Turkish Airlines, Aeromexico ou la compagnie panaméenne Copa Airlines ont cloué au sol pour les inspecter leurs appareils de ce type, après une directive de l'agence fédérale américaine de l'aviation civile (Federal Aviation Administration, FAA).

Selon des données communiquées par Boeing à l'AFP, quelque 218 exemplaires du 737 MAX 9 ont été livrés à ce jour.

La FAA a ordonné samedi "l'inspection immédiate de certains avions Boeing 737 MAX 9" avant un nouveau vol, précisant qu'environ 171 appareils étaient concernés dans le monde. La durée de l'opération est estimée entre 4 et 8 heures par avion.

L'incident est survenu vendredi, vers 18H30 (02H30 GMT samedi) peu après le décollage d'un vol Alaska Airlines depuis l'aéroport international de Portland (Oregon, Nord-Ouest), à destination d'Ontario (Californie).

Selon l'agence américaine chargée de la sécurité des transports (National Transportation Safety Board, NTSB), une porte s'est ouverte et détachée de la carlingue en plein vol. L'appareil, qui transportait 171 passagers et 6 membres d'équipage, était alors à près de 5.000 m d'altitude.

Blessés légers

Il s'agit d'une porte condamnée et masquée par une cloison qui ne laisse apparaître qu'un hublot, selon la NTSB, une configuration proposée par Boeing aux clients qui le demandent.

La directive de la FAA concerne d'ailleurs les modèles "avec la porte du milieu bouchée", selon le document publié sur son site.

Après avoir fait demi-tour, l'avion est revenu se poser à Portland, l'incident n'occasionnant que quelques blessés légers.

La NTSB a annoncé avoir dépêché une équipe à Portland pour enquêter sur les raisons de ce dysfonctionnement.

United, qui possède la flotte de 737-9 la plus importante au monde, a annoncé à l'AFP laisser au sol 46 appareils, 33 ayant déjà été examinés.

Alaska, qui avait neutralisé la totalité de ses 65 avions de ce modèle avant même l'annonce de la FAA, a précisé samedi sur X (ex-Twitter) que "plus du quart" de sa flotte de 737 MAX-9 avait été inspecté et dit n'avoir pas trouvé à ce stade "d'élément préoccupant".

Copa Airlines a suspendu pour vérification l'exploitation de ses 21 appareils de ce modèle et Turkish Airlines celle des cinq qu'elle détient.

"C'était vraiment brutal. A peine en altitude, la façade du hublot s'est juste détachée et je ne m'en suis aperçu que lorsque les masques à oxygène sont descendus", a témoigné un passager du vol, Kyle Rinker, à la chaîne américaine CNN.

Selon la NTSB, personne ne se trouvait aux deux places immédiatement à côté de la cloison qui s'est envolée.

Mais selon des passagers cités par le quotidien de Portland, The Oregonian, un adolescent assis dans cette rangée a eu sa chemise arrachée par la décompression, occasionnant des blessures légères.

"Incident terrifiant"

"Un incident terrifant", a jugé sur X le secrétaire américain aux Transports, Pete Buttigieg.

"Nous avons beaucoup, beaucoup de chance que cela ne se soit pas terminé de façon plus tragique", a déclaré aux journalistes la présidente de la NTSB, Jennifer Homendy.

"Nous avons le réseau aérien (civil) le plus sûr du monde", a martelé Jennifer Homendy. "Nous sommes un étalon mondial (...), mais nous devenons préserver ce standard."

La responsable a révélé que, selon de premières analyses, la porte était tombée au-dessus de Cedar Hills, dans la proche banlieue de Portland et appelé les habitants de la zone à se manifester si l'un d'eux la trouvait.

L'appareil incriminé avait été certifié en novembre, selon le registre de la FAA disponible en ligne.

"Nous sommes en accord avec la FAA et soutenons sa décision de réclamer une inspection immédiate des 737-9 de même configuration que l'appareil incriminé", a réagi Boeing dans une déclaration transmise à l'AFP.

L'incident intervient après une série de problèmes techniques et deux crashes ces dernières années pour le 737 MAX.

Les deux accidents, qui ont fait 346 morts en octobre 2018 et mars 2019, ont entraîné le maintien au sol du 737 MAX durant 20 mois et l'imposition de changements dans le système de contrôle en vol.

Plus récemment, Boeing a dû ralentir ses livraisons à cause de problèmes sur le fuselage, en particulier sur la cloison étanche arrière de l'appareil.

A fin décembre, Boeing avait livré au total plus de 1.370 exemplaires du 737 MAX et son carnet de commandes atteignait plus de 4.000 unités.

Suspendues par la Chine depuis les crashes, les livraisons de 737 MAX aux compagnies chinoises n'ont toujours pas repris.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique