Samedi, 13 juillet 2024
Economie > Economie >

Le gouvernement égyptien revoit à la baisse son plan d’importation de blé pour l’année en cours

Racha Darwich , Mercredi, 05 juin 2024

La quantité visée est passée de 6 à 5 millions de tonnes. Un chiffre qui n’inclut pas les importations du secteur privé en 2024.

s
Les récoltes de blé dans le gouvernorat de Qalioubiya, au nord-est du Caire. Photo : Reuters

Le gouvernement égyptien a revu à la baisse son plan d’importation de blé pour l’année en cours. Grâce à l’augmentation de la récolte, la quantité visée est passée de 6 à 5 millions de tonnes, a déclaré le ministre égyptien de l’approvisionnement Ali Al-Messelhi à Bloomberg Asharq.

Les chiffres avancés n’incluent pas les importations du secteur privé en 2024.

L’Egypte est l’un des plus grands importateurs mondiaux de blé avec environ 12 millions de tonnes par an.

En 2023, le gouvernement avait importé 5 millions de tonnes alors que les importations totales avaient atteint 11 millions de tonnes.

Du 15 avril au 15 août le gouvernement achète le blé aux agriculteurs à des prix pouvant atteindre 2000 livres l’ardeb (l’équivalent de 150 kg), explique Al-Messelhi. Selon lui, ces prix avantageux expliquent l’augmentation des quantités de blé local vendues au gouvernement. 

« Jusqu’ici, nous avons acheté 3,4 millions de tonnes et espérons atteindre 3,7 millions » à la fin de la saison, ajoute-t-il.

L’Egypte vise à augmenter son autosuffisance en blé jusqu'à 65 % en 2024. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement a progressivement augmenté le prix d’achat offerts aux producteurs : de 1 000 L.E. par ardeb en 2022, à 1 250 L.E en 2023 et jusqu’à 2 000 L.E. cette année.

Parallèlement, le gouvernement multiplie les mesures pour augmenter la production locale, notamment en encourageant les agriculteurs à cultiver du blé et en développant ses capacités de stockage.

Le blé est d’une importance stratégique en Egypte où le pain représente une denrée essentielle. Sa consommation varie entre 150 et 180 kilogrammes par habitant par an alors que, selon l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la consommation mondiale moyenne varie entre 70 et 80 kilogrammes par habitant par an.

Le mercredi 29 mai le prix du pain subventionné, dont bénéficient 71% de la population, a quadruplé passant de 5 à 20 piastres la galette, pour « refléter l’énorme augmentation du coût de production », selon le chef du gouvernement.

En 2020, le poids de la galette est passé de 110 à 90 grammes.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique