Vendredi, 12 juillet 2024
Economie > Economie >

Le parlement adopte le budget de l'Egypte 2024-2025 avec une hausse des dépenses de 29%

Ahraminfo , Mardi, 04 juin 2024

Le ministre égyptien des Finances, Mohamed Maait, a annoncé que 3 870 000 milliards de livres égyptiennes sont allouées aux dépenses, dont 496 milliards de livres pour la santé, 565 milliards de livres pour l'enseignement préuniversitaire, 575 milliards pour les salaires et 154,5 milliards pour la subvention des matières pétrolières.

Ministre des Finances Mohamed Maait.
Ministre des Finances Mohamed Maait. Photo : Al-Ahram

Le parlement égyptien a adopté le budget final pour l'année fiscale 2024-2025 témoignant d'une hausse des dépenses publiques de 29% par rapport à l'année passée avec 3 870 000 milliards de livres, selon un communiqué publié mardi 4 juin par le ministère des Finances.

Les dépenses constituent 22,6% du produit intérieur du prochain exercice fiscal, par rapport aux résultats attendus d'ici la fin juin 2024.

Selon le communiqué diffusé, les recettes sont estimées à 2 600 milliards de livres (dont 2 000 milliards de revenues d'impôts), soit 15,4% du produit intérieur, avec une augmentation de 8,5% par rapport aux estimations attendues pour l’exercice en cours.

« Nous visons à réaliser un excédent primaire de 591,4 milliards de livres, d’environ 3,5% du produit intérieur (PIB) estimé pour le prochain exercice, par rapport à un excédent primaire d'environ 805,1 milliards de livres sont attendus d'ici la fin de l'exercice en cours, soit 5,75% du PIB », a dit le ministre des Finances Mohamed Maait.

Le surplus primaire est la différence entre les recettes des administrations publiques et leurs dépenses hors charges d'intérêts sur la dette publique.

Selon le budget 2024-2025, les allocations des salaires ont témoigné d'une hausse significative en passant de 494 milliards de livres l'année passée à 575 milliards de livres pour les fonctionnaires de l'Etat.

Cette augmentation est due, selon lui, aux derniers paquets prévus pour les fonctionnaires, qui comprenaient une augmentation du salaire minimum de 50% pour atteindre 6 000 livres par mois.

« La priorité est accordée à la santé, à l'éducation, à l'industrie, à l'agriculture, à l'exportation et à la protection sociale des catégories les plus nécessiteuses », a annoncé Maait.

Le ministre a ajouté que les allocations pour la santé s'élevaient à 496 milliards de livres, l'enseignement préuniversitaire à 565 milliards de livres, l'enseignement supérieur et universitaire de 293 milliards de livres et la recherche scientifique 140,1 milliards de livres.

Outre cela, 635,9 milliards de livres sont alloués pour les subventions sociales contre 532,8 milliards de livres pour l’exercice 2023/2024 à un taux de croissance de 19,3%.

Les produits pétroliers bénéficieront d'allocations d'un montant de 154,5 milliards de livres, les allocations des produits alimentaires enregistreront 134,2 milliards de livres et 40 milliards de livres pour les pensions de sécurité sociale Takaful wa Karama (solidarité et dignité).

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique