Vendredi, 19 juillet 2024
Economie > Economie >

Les recettes du budget 2024/2025 s'élèvent à 2600 milliards de livres égyptiennes, soit une hausse de 8,5% par rapport à l'exercice en cours : Maait

Dalia Farouq , Mardi, 23 avril 2024

Les dépenses s'élèvent à 3 900 milliards de livres, selon Maait contre environ 3 000 milliards dans l'exercice financier 2023/2024, ce qui porte le déficit budgétaire total à 1 200 milliards de livres (en hausse de 7,6 %) après les récentes augmentations salariales.

s
Le ministre des finances Mohamed maait.

Le ministre des Finances, Mohamed Maait, a déclaré devant le parlement, mardi 23avril, lors d’une présentation du budget général de l’Etat pour l'exercice financier 2024/2025, que « les recettes du nouveau budget s'élèvent à 2600 milliards de livres égyptiennes ».

Maait a souligné que ce budget a été conçu de manière à mieux absorber les chocs économiques comme ceux observés au cours des quatre dernières années (Coid-19 et guerres en Ukraine et à Gaza).

L'efficacité des dépenses publiques y a été améliorée ce qui va de pair avec le processus de développement de l’économie.

Selon le ministre des Finances, sur les 2 600 milliards de livres de recettes, 2 000 milliards proviennent des recettes fiscales (contre 1500 milliards dans l’exercice 2023/2024). Les recettes non fiscales (600 milliards de livres), elles, augmenteront de 200 milliards de livres, comparé à l’exercice en cours.

Les dépenses s'élèvent à 3 900 milliards de livres, selon Maait contre environ 3 000 milliards dans l'exercice financier 2023/2024, ce qui porte le déficit budgétaire total à 1 200 milliards de livres (en hausse de 7,6 %) après les récentes augmentations salariales.

Maait a souligné que les augmentations salariales, notamment celle du salaire minimum, et la hausse des pensions de retraite, introduites selon les directives du président Abdel-Fattah Al-Sissi, sont en hausse 6,96 % par rapport à l’exercice actuel.

« Nous visons un excédent primaire de 591,4 milliards de livres (3,5 % du PIB prévu pour l'exercice 2024-2025), contre un excédent de 805,1 milliards à la fin de l'exercice en cours (5,75 % du PIB) », affirme Maait.

Le gouvernement vise également une réduction du ratio de la dette par rapport au PIB à 88,2 % en 2024-2025 contre 90% en 2023-2024, et 96% en 2022-2023. « La dette publique a été plafonnée à 1500 milliards de livres dans le nouveau budget », a noté Maait. 

Il a expliqué le ministère des Finances cherche à améliorer la gestion de la dette publique. Au cours des trois prochaines années, l’objectif sera de réduire le ratio dette/PIB à moins de 80 %. Pour réaliser cet objectif, le ministre a révélé que l’excédent primaire et la moitié des revenus du Programme d’introduction en Bourse (IPO) seront inclus au budget de l’Etat, ce qui permettra de réduire le déficit budgétaire, la dette publique et le service de la dette. « Notre objectif est d’allonger la durée de la dette après l'amélioration des taux d'intérêt », a conclu Maait.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique