Dimanche, 19 mai 2024
Economie > Economie >

Riz: Le gouvernement souligne la nécessité de développer des variétés de semences à faible consommation d'eau

Farah Alazzouni , Mercredi, 17 avril 2024

Le problème du riz en Egypte est complexe et multifactoriel. L'Egypte qui doit rationnaliser sa consommation en eau, est à la recherche de nouvelles méthodes pour augmenter l'offre.

s
Archives - Des champs de riz en Egypte. Photo : REUTERS

Lors d’une réunion du Conseil des ministres, mercredi 17 avril, le chef du gouvernement, Mostafa Madbouly, est revenu sur la culture du riz en Egypte et les moyens d’en améliorer la productivité et d’en assurer la disponibilité sur les marchés.

Madbouly a souligné la nécessité de respecter les espaces consacrés par le gouvernement à la culture du riz et l'importance de développer des variétés de semences à faible consommation d'eau et à haute productivité, ce qui permettra d’augmenter l'offre sur les marchés et de réduire les prix.

Dans ce contexte, le ministre de l'Agriculture et de la Bonification des terres, Mohamed Al-Quseir, a déclaré que des méthodes innovantes sont utilisées pour cultiver le riz en Egypte ce qui aide à réduire la consommation d'eau.

Al-Quseir a également souligné que de nouvelles espèces hybrides de riz, moins consomatrices d’eau et plus résistantes aux changements climatiques, ont été développées.

Elles permettront d’économiser plus de 20 % de l’eau nécessaire à la culture du riz et d’augmenter la productivité.

Le défi du riz en Egypte

Le problème du riz en Egypte est complexe et multifactoriel. L'Egypte était un grand producteur de riz, mais ces dernières années, elle a été confrontée à des défis tels que la diminution des ressources en eau, la salinisation des sols et les changements climatiques.

Pour rationnaliser la consommation d’eau, le gouvernement avait interdit en janvier dernier la culture du riz en Haute-Egypte, dans la Nouvelle Vallée, à Fayoum, au Nord-Sinaï et Sud et à Suez, ainsi que dans les gouvernorats du Grand-Caire et de Menoufia en Basse-Egypte.

Les superficies consacrées à la culture du riz ont donc été réduites à 724200 feddans, principalement dans le nord du Delta.

L’augmentation de la production et la diminution des prix

Le gouvernement égyptien a mis en place des politiques visant à augmenter la production de riz, à encourager la rationalisation de l'eau et à promouvoir des variétés de riz résistantes à la salinité et aux conditions climatiques difficiles.

Au cours des cinq dernières années, le gouvernement a interdit l’exportation du riz ce qui a donné lieu à une abondance de la production.

Selon le chef de la division du riz au sein de l’Union des industries, la production annuelle de riz en Egypte s'élève à plus de 4 millions de tonnes tandis que la consommation s'élève à 3,6 millions de tonnes. Cela signifie qu'il y a un excédent annuel de 400 000 tonnes.

Le 14 avril, l’Union des Chambres de Commerce a annoncé que les prix du riz sur les marchés ont baissé de 23%, enregistrant des prix de 26,95 livres le kilo contre 35 livres auparavant.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique