Mercredi, 22 mai 2024
Economie > Economie >

Suite à l'approbation de la rallonge du prêt par le FMI, l'Egypte peut demander un financement de 1,2 milliard de dollars pour des projets climatiques : Maait

Ahraminfo , Samedi, 30 mars 2024

Le gouvernement travaille à relancer l’activité économique avec des politiques plus stimulantes pour le secteur privé.

Mohamed Maait
Le ministre des Finances, Mohamed Maait. Photo : Al-Ahram

Le ministre des Finances, Mohamed Maait, a confirmé samedi 30 mars que l'Egypte a le droit de demander au Fonds de « Résilience et durabilité » un financement à long terme et à un coût d’intérêt très bas pour des projets climatiques, d'une valeur de 1,2 milliard de dollars. Et ce, suite à l'approbation par le conseil d'administration du Fonds Monétaire International (FMI) d'une rallonge de 5 milliards de dollars en soutien au programme égyptien de réforme économique.

Selon Maait, l’approbation du FMI, vendredi 29 mars à Washington, reflète l'importance des mesures correctives prises par le gouvernement pour redresser l'économie.

« Nous travaillons à relancer rapidement l'économie avec des politiques plus stimulantes pour le secteur privé, afin de propulser la croissance et l'emploi à partir du budget de cette année », a assuré Maait.

Renforcer le rôle du secteur privé et promouvoir les efforts visant à revitaliser les secteurs productifs, industriels et d’exportation pour réaliser le développement et garantir des offres d’emploi sont des objectifs prioritaires du gouvernement.

En effet, l'un des critères importants du FMI est de réduire le rôle du secteur public dans l'économie. C’est pour cela que le gouvernement a fixé un plafond à sa dette publique, ainsi qu’aux investissements publics qui ne devraient pas dépassé 1 000 milliards durant l'année fiscale 2024/25.

« Le programme de réforme économique soutenu par le FMI vise à restaurer la stabilité économique et bénéficie d'un soutien et d'un financement supplémentaires d'autres institutions financières et partenaires de développement internationaux, dépassant 20 milliards de dollars, en plus des 35 milliards de dollars du projet de Ras Al-Hikma, de manière à alléger les restrictions de financement à court et moyen terme », a ajouté le ministre des Finances.

Maait a aussi précisé qu'afin d'alléger les pressions économiques, le gouvernement a augmenté les mesures de protection sociale, telles l’augmentation des allocations, des subventions et des avantages sociaux à 636 milliards de livres dans le nouveau budget pour l'exercice 2024/25, ainsi que l’augmentation des allocations aux secteurs de la santé et de l'éducation de plus de 30 %.

Le gouvernement adopte de nombreuses mesures de réforme afin de sortir de sa crise économique qui a causé une flambée de l'inflation dépassant le seuil de 30 % pour plus d'un an, une pénurie en devises étrangères et la hausse de la dette extérieure à presque 165 milliards de dollars.

En plus des mesures fiscales, la Banque Centrale d'Egypte a décidé le 6 mars de faire flotter la livre égyptienne. Suite à cette décision, le dollar s'échangeait à plus de 47 livres en comparaison avec le taux de 30,95 livres ayant été maintenu pour plus d'un an, alors que son prix sur le marché parallèle avait atteint 70 livres.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique