Lundi, 24 juin 2024
Economie > Economie >

Madbouly : Nous poursuivons les efforts pour achever le processus de réforme économique

Laila Ahmed , Mercredi, 13 mars 2024

De nombreux signes positifs ont été constatés dont les transferts des Egyptiens à l’étranger, le déblocage des marchandises dans les différents ports et les rapports positifs sur l'économie égyptienne, indique le Premier ministre.

s
Le premier ministre Mostafa Madbouly passe en revu un certain nombre d’indicateurs économiques positifs. Photo : Page Facebook Présidence du Conseil des ministres

Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly a passé en revue, mercredi 13 mars, un certain nombre d’indicateurs économiques positifs, soulignant que le gouvernement poursuit les efforts pour achever le processus de réforme économique en coordination avec la Banque Centrale d’Egypte (BCE).

Madbouly a affirmé le retour des transferts des Egyptiens à l’étranger à la normale progressivement, compte tenu de l'absence de différence entre le prix officiel du dollar et le prix sur marché noir, ainsi que les campagnes lancées par le ministère de l'Intérieur actuellement contre les négociants en devises. 

Le Premier ministre a ajouté qu'une grande partie des marchandises accumulées dans les différents ports avaient été débloquées, d'une valeur d'environ 3 milliards de dollars, soulignant qu'il existe actuellement un plan pour payer les montants redevables des partenaires étrangers.

Madbouly a également mis en lumière les rapports positifs sur l'économie égyptienne publiée ces derniers jours, dont l'annonce de l'agence de notation de crédit Moody's du changement de sa perspective pour l'économie égyptienne de négative à positive, ouvrant ainsi la voie pour améliorer la cote de crédit de l'Egypte au cours de la période à venir. 

« Il faut s'appuyer sur les résultats positifs des récentes décisions, de manière à contribuer à restaurer la pleine confiance, fournir les ressources en devises nécessaires et attirer les investissements étrangers », a-t-il ajouté. 

Le gouvernement compte sur les investissements étrangers pour tenter de résoudre la crise des devises étrangères, notamment l'accord de Ras Al-Hikma signé le 23 février, avec l’annonce d'investissements et de dépôts d'une valeur de 35 milliards de dollars dans l'économie égyptienne par les Emirats arabes unis.

En outre, l'Egypte a signé un accord avec le Fonds Monétaire international (FMI), pour un prêt supplémentaire de 5 milliards de dollars, augmentant ainsi son programme de financement signé avec l'organisation en décembre 2022 à 8 milliards de dollars.

Le mardi 6 février, la Banque Centrale d'Egypte a fait flotter la livre égyptienne lui faisant perdre presque 62% de sa valeur et relevé ses taux directeurs de 600 points. 

« Ces mesures aideront l'Egypte à maintenir le programme élargi du FMI, réduire les risques d'une accumulation de la dette extérieure et renforcer la résilience de l'économie aux chocs. », a dit l'agence Moody’s dans un rapport publié le 6 mars. 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique