Mardi, 18 juin 2024
Economie > Economie >

L'Egypte priorise la rationalisation des projets d'investissement public

Laila Ahmed , Jeudi, 07 mars 2024

En réponse aux défis économiques actuels, le gouvernement égyptien annonce un ralentissement des projets d'investissement public et une mise en œuvre stratégique de la politique de propriété de l'Etat, visant une gestion budgétaire prudente et la stabilité économique.

s
Travaux à la gare « Capital » sur la première ligne du train électrique à grande vitesse. Photo : Page Facebook nouvelle capitale administrative

Le gouvernement égyptien a annoncé, jeudi 7 mars, un ralentissement dans l'exécution des projets d'investissement public, en se concentrant dans la prochaine phase sur l'application du document de la politique de la propriété de l'Etat. Ce document délimitera les secteurs dont le gouvernement se retirera totalement ou partiellement, ainsi que ceux dans lesquels il restera propriétaire.

Le Conseil des ministres égyptien a approuvé fin janvier, une réduction de 15% des dépenses d'investissement pour l’exercice 2023-2024.

« Un plafond sera fixé pour le total des investissements publics, y compris les projets des differents organismes de l'Etat, des entreprises publiques et de toute autre entité propriété de l'Eat. Un comité dirigé par l’Organisme Central d’Audit (OCA) examinera la mise en œuvre de ce plafond », précise le ministère des finances.

L'Egypte a signé un accord avec le Fonds Monétaire international (FMI), mercredi 6 mars, pour un prêt supplémentaire de 5 milliards de dollars, augmentant ainsi son programme de financement signé avec l'organisation en décembre 2022 à 8 milliards de dollars. Selon les termes de l'accord, le gouvernement devrait ralentir les dépenses consacrées aux projets publics afin de réduire les pressions sur les devises étrangères et les déséquilibres dans son budget.

Ces dernières années, le gouvernement avait largement investi dans de nombreux projets d’infrastructures colossales qui ont pesé lourd sur son budget. 

Le communiqué deu ministère des finances a également énoncé qu’aucun nouveau projet ne sera initié durant cet exercice, en soulignant que la priorité sera donnée aux projets déjà réalisés à 70 % ou plus.

Des mesures pour rationaliser les dépenses publiques ont été annoncées par le ministre le 17 décembre dernier.

Ces mesures épargneront les secteurs vitaux tels que la santé, l'approvisionnement en biens essentiels, le pétrole et le gaz, ainsi que les programmes de solidarité et de dignité.

Par ailleurs, les prévisions concernant le déficit budgétaire pour l'exercice 2023/2024 s'élèvent à 848,8 milliards de livres égyptiennes, sont en hausse par rapport aux 718 milliards de l'année fiscale précédente.

Néanmoins, le gouvernement s'efforce de maintenir ce déficit à un niveau gérable de 6,9 % du PIB, illustrant son engagement envers la préservation de la stabilité budgétaire dans un contexte économique difficile.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique