Lundi, 15 juillet 2024
Economie > Economie >

Al-Hokair et la cité de Production Médiatique égyptienne lancent un nouveau projet de divertissement en Egypte

Dalia Farouq , Dimanche, 03 mars 2024

Avec des investissements de 1,1 milliad de livres égyptiennes, Magic Land Al Hokair détenue par le groupe Abdul Mohsen Al Hokair Holding, lance le projet « Tanza » en coopération avec la cité de production médiatique égyptienne (EMPC).

 Magic Land
La cité de divertissement " Magic Land" en Egypte.

La société Magic Land Al-Hokair, détenue par le groupe saoudien Abdul-Mohsen Al-Hokair Holding Group, a lancé samedi, 2 mars, le projet Tanza mis en place en collaboration avec la Cité de Production Médiatique égyptienne (EMPC) selon un système d’usufruit, avec des investissements de 1,1 milliard de livres.

Il s’agit du plus grand projet de divertissement intégré en Egypte. Tanza comprendra sept zones de divertissement : la zone des continents, la zone d’accélération, la zone sportive, la zone forestière, la zone de cinéma et de théâtre, la zone des enfants et le delphinarium, chacun avec ses caractéristiques exceptionnelles.

Le PDG d’EMPC, Abdel-Fattah El-Gebaly, a souligné, lors de la cérémonie de lancement tenue le 2 mars à Magic Land à la cité du 6 octobre, la force et la solidité des relations égypto-saoudiennes, notant que les dirigeants politiques des deux pays soutiennent le projet.

Il a également souligné l’importance des relations économiques entre les deux pays surtout que l’Egypte a éliminé tous les obstacles auxquels étaient confrontés les investisseurs, ce qui rend les opportunités d’investissement prometteuses.

El-Gebaly a salué la collaboration entre EMPC et Al-Hokair Group dans projet Tanza.

Interrogé par Ahraminfo, il n’a pas souhaité s’exprimer sur la durée de l’usufruit et le rendement du projet.

Al-Hokair Holding est un groupe saoudien leader dans le domaine du tourisme et des loisirs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. La société a été fondée en 1965 et est l’un des plus grands investisseurs saoudiens dans ce domaine. Le groupe compte 67 villes de loisirs réparties dans les villes du Royaume, aux Emirats arabes unis, en Inde et en Egypte.

Al-Gebaly a déclaré que la cité médiatique a fourni un soutien total au projet et fournira les services techniques, les installations, et le soutien logistique de même que des facilitations administratives et douanières. « La cité a hâte de poursuivre la coopération avec le groupe », a déclaré Al-Guebaly soulignant l’importance de tels projets dans le renforcement des relations bilatérales.

De son côté, Mahmoud Gaber, PDG du projet Tanza, a exprimé sa joie de lancer ce projet, qui est selon lui une nouvelle étape dans le secteur du tourisme et du divertissement au Moyen-Orient.

Le concept du projet est innovant pour le monde du tourisme et du divertissement en Egypte. Gaber a déclaré qu’il disposait d’une équipe de spécialistes de premier plan au Moyen-Orient pour rivaliser avec les grands parcs de divertissement dans le monde.

En fait, l’Egypte cherche à attirer des investissements étrangers directs (IDE) au Moyen d’une stratégie visant à créer un environnement propice aux affaires et offrir des avantages préférentiels aux opportunités d'investissement notamment des incitations fiscales et douanières.

Le Projet de développement de Ras Al-Hikma sur la côte Nord, signé le 23 février, entre l’Egypte et la compagnie émiratie Abu Dhabi Developmental Holding, qui consiste à construire une ville futuriste au bord de la Méditerranée avec des investissements directs de 35 milliards de dollars est un premier fruit de cette stratégie.  

A travers ces investissements, l’Egypte cherche à remédier à la pénurie de devises étrangères dont souffre le pays depuis déjà deux ans.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique