Jeudi, 18 juillet 2024
Economie > Economie >

L’Egypte et les Emirats arabes unis signent un nouvel accord fiscal

Laila Ahmed , Dimanche, 11 février 2024

Les deux états solidifient leurs liens économiques avec la signature d'un accord supplémentaire visant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale, une étape majeure pour stimuler l'investissement conjoint et faciliter l'expansion des entreprises émiraties en Egypte.

s
L’Egypte et les Emirats arabes unis signent un accord complémentaire au protocole de l'évitement de la double imposition. Photo : Page Facebook du Conseil des ministres

L'Egypte et les Emirats Arabes Unis ont conclu un accord supplémentaire au protocole existant pour éviter la double imposition et prévenir la fraude fiscale, visant à améliorer les opportunités de coopération en investissement, a annoncé le ministère des Finances le 11 février.

« Nous nous engageons à faciliter et à éliminer les barrières fiscales et douanières pour les investisseurs et entreprises émiratis en Egypte, afin de favoriser l'augmentation de leurs investissements », a affirmé Mohamed Maait, le ministre des Finances, lors de sa présence au huitième forum arabe des finances publiques à Dubaï.

Maait a invité les acteurs économiques émiratis à profiter des initiatives lancées par l'Egypte pour encourager la production et l'exportation, incluant la « Golden License », le « document sur la politique de la propriété de l'Etat » et le « programme d'appel d'offres égyptien (IPO) ».

La Décision présidentielle n° 558 de 2020, ratifiant l'accord signé à Abu Dhabi le 14 novembre 2019 pour éviter la double imposition et la fraude fiscale entre les deux nations, a été publiée le 3 juin 2021 par le Journal officiel.

Avec des investissements de 7,8 milliards de dollars en Egypte, les Emirats Arabes Unis figurent parmi les partenaires économiques clés de l'Egypte, selon des données diffusées en mai 2022.

Récemment, l'Egypte a établi avec Abu Dhabi Ports deux contrats pour gérer et développer le terminal polyvalent Safaga 2 et trois terminaux de croisière en mer Rouge.

Un consortium international dirigé par un groupe d'investissement émirati a également été formé pour reprendre l'emplacement de l'ancien siège du Parti National Démocratique (PND), a révélé Ayman Soliman, PDG du Fonds souverain égyptien, le 6 janvier.

« Le projet vise à ériger un hôtel cinq étoiles, ainsi que des constructions commerciales et résidentielles, y compris des logements hôteliers trois étoiles », a expliqué Soliman lors de son passage dans l'émission « Al-hekaya ».

Hossam Heiba, directeur de l'Autorité égyptienne des investissements, a annoncé sur CNBC qu'un consortium émirati superviserait le développement du projet de la ville côtière de Ras Al-Hikma, anticipant que les investissements y dépasseraient les 22 milliards de dollars.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique