Jeudi, 25 juillet 2024
Economie > Economie >

Le taux d'inflation en Egypte affiche 31,2%, un recul pour le quatrième mois consécutif

Farah Alazzouni , Jeudi, 08 février 2024

La baisse de l'inflation s'explique notamment par la diminution des prix de certains produits de base.

s
Photo : Al-Ahram

Le jeudi 8 février, l'Agence Centrale de la Mobilisation et des Statistiques Publiques (CAPMAS) a annoncé une baisse de l'inflation en Egypte pour le quatrième mois d'affilée, avec un taux annuel de 31,2 % en janvier 2024, contre 35,2 % en décembre 2023.

Cette diminution s'explique partiellement par la chute des prix des légumes de 0,8 % en décembre par rapport au mois précédent.

Cependant, d'autres produits ont vu leurs prix augmenter, notamment les céréales et le pain (3,7 %), la viande et le poulet (2,9 %), les poissons (1,9) ainsi que les huiles et matières grasses (4,4 %).

Les prix du café, du thé, du cacao, de l'eau minérale, des jus naturels, des chaussures, des meubles, des appareils ménagers, des soins de polycliniques, des véhicules, des services de transport, des équipements téléphoniques et des services hôteliers ont également connu des hausses significatives.


Source: CAPMAS


Malgré ce recul, l'inflation demeure nettement plus élevée qu'en janvier 2023, où elle était de 26,5 %.

L'affaiblissement de la livre égyptienne, qui a doublé sa valeur face au dollar depuis mars 2022 (15,8 contre 31 aujourd’hui), ainsi que les tensions géopolitiques, notamment en Ukraine et à Gaza, ont contribué à l'augmentation des coûts d'importation et à la perturbation des chaînes d'approvisionnement.

Le gouvernement égyptien, qui vise à réduire l'inflation à 7 % d'ici fin 2026, travaille sur des ajustements de politique en collaboration avec le FMI.

« L’Egypte a pris la sage décision, au fil du temps, de cibler son inflation. Elle demande notre soutien à cet égard. Elle réfléchit à des ajustements systémiques de sa politique, et à ce qu’il faudrait pour réussir, et nous travaillons sur ces détails », a déclaré Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le 1er février dernier.

Des discussions sont en cours pour un nouvel accord de financement, ainsi que pour la continuation du programme de réforme économique initié en 2016.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique