Samedi, 25 mai 2024
Economie > Economie >

Les revenus du Canal de Suez ont chuté de 40 % en 11 jours par rapport à la même période de l'année précédente: Autorité du Canal

Maha Salem , Vendredi, 12 janvier 2024

Le Canal de Suez est affecté par la diminution de 30 % du trafic maritime transitant par la mer Rouge entre les 1er et 11 janvier en raison des attaques des Houthis contre les navires, ainsi que des frappes menées par la coalition internationale qui lutte contre les Houthis.

s
12% du commerce mondial passe par le canal du Suez. Photo : AFP

« La navigation dans le Canal de Suez avait été affectée par les turbulences en mer Rouge. Les revenus du Canal de Suez ont baissé de 40 % entre les 1er et 11 janvier par rapport à la même période en 2023», a affirmé le président de l’Autorité du Canal de Suez, Osama Rabie dans un entretien sur la chaîne égyptienne ON, diffusé en fin de soirée jeudi 10 janvier.  

D'après le président de l'Autorié du Canal de Suez, il s'agit du passage de 544 navires durant ces onze jours en 2024 contre 777 durant la même période en 2023. Quant au trafic maritime en mer Rouge, il a diminué de 30 % entre les 1er et 11 janvier par rapport à la même période de l’année dernière. Cette réduction est due d'après la même source aux tensions ayant eu lieu en mer rouge. 

« Les géants maritimes étaient obligés de changer leur route car ils sont contraints par des temps fixes et ils vont payer des amendes. En plus, cette route n’est pas sûre dans cette période de l’année à cause de l’hiver et du mauvais climat », explique Osama Rabie, tout en ajoutant que « les géants maritimes ne préfèrent pas la route du Cap de Bonne-Espérance car elle coûte plus cher à cause de l’augmentation de l’usage de l’essence et l’augmentation de la durée du voyage. Le voyage à travers le Cap de Bonne-Espérance prend de 10 à 15 jours plus que celui du Canal du suez. Pour cela, 12 % du commerce mondial passe par le Canal du Suez.

La navigation dans le Canal de Suez a été perturbé non seulement par les attaques des Houthis du Yémen contre les navires, mais aussi à cause des frappes menées par la coalition internationale qui lutte contre les Houthis. Les attaques de ces derniers ont incité plusieurs géants du transport maritime mondial à annoncer, les 15 et 16 décembre, suspendre le passage de leurs navires en mer Rouge et certains navires ont dérouté pour passer par le Cap de Bonne-Espérance. 

La mer Rouge est une route maritime reliant la Méditerranée à l'océan Indien, et donc l'Europe à l'Asie, sur laquelle circulent chaque année quelque 20 000 navires.

Selon le président du canal, cette chute menace l’une des sources principales de devises étrangères de l’Egypte. En 2022-2023, les revenus du canal ont atteint 9,4 milliards de dollars. Le gouvernement visait atteindre un nouveau record en l’année 2023-2024, espérant récolter près de 10,3 milliards de dollars, selon un communiqué officiel publié le 16 octobre 2023. Le 10 janvier, le premier ministre égyptien, Mostafa Madbouly, accompagné par le président de l’Autorité du Canal de Suez, Osama Rabie, a tenté de rassurer sur la situation de la navigation dans le canal, lors d’une visioconférence avec les responsables de Maersk, un des géants du transport maritime qui contrôle plus de 60 % du commerce international. Madbouly a confirmé que le dossier de la sécurité et de la sûreté de la navigation maritime en mer Rouge est prioritaire pour la sécurité nationale égyptienne, tout en réaffirmant que Le Caire suit la situation de près. 

Situation perturbée en mer rouge 

Le président de l'Autorité du Canal de Suez (SCA) s’est entretenu jeudi 11 janvier, via vidéoconférence, avec la vice-présidente exécutive en charge des actifs et des opérations du groupe maritime français CMA CGM, Christine Cabau, pour discuter de la situation sécuritaire dans la région de la mer Rouge et de Bab El-Mandab.

« Les circonstances actuelles sont temporaires. Ainsi, la communication efficace et la coordination conjointe sont le moyen idéal pour réviser les politiques des compagnies maritimes dans la région qui sont déterminées entre autres en fonction de la sécurité », assure Rabie.

C’est dans ce contexte que Rabie et Cabau ont examiné la politique de la compagnie française à l'égard de la situation sécuritaire dans la région.

Cabau a indiqué que « le groupe suit de près l'évolution de la situation en mer Rouge. Certains navires du groupe traversent toujours le Canal de Suez, tandis que d’autres ont recours à un détour par le Cap de Bonne-Espérance ».

Par ailleurs, elle a exprimé la volonté du groupe de maintenir le transit de sa flotte via le Canal de Suez, celui-ci représentant un corridor vital pour le commerce mondial.

En riposte à la guerre à Gaza, les Houthis lancent depuis le mois de novembre dernier des missiles et des drones contre les cargos internationaux soupçonnés d'avoir des liens avec Israël et traversant le Canal de Suez.

Le 16 décembre, CMA CGM a suspendu la traversée de ses navires par la mer Rouge « jusqu'à nouvel ordre ».

Le 26 décembre, elle a fait de nouveau naviguer certains de ses navires dans la région, mais déroute une autre partie de sa flotte vers le Cap de Bonne-Espérance.

Les autorités militaires américaines ont annoncé, mardi 9 janvier, que 26 attaques ont visé le trafic maritime commercial en mer Rouge depuis la mi-novembre.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique