Dimanche, 21 avril 2024
Economie > Economie >

Le FMI prévoit un atterrissage en douceur de l'économie mondiale en 2023

AFP, Jeudi, 11 janvier 2024

Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à un "atterrissage en douceur" de l'économie mondiale cette année, après une croissance en 2023 qui s'est montrée plus solide qu'anticipé initialement, a estimé jeudi la directrice de la comunication du Fonds, Julie Kozack, lors d'une conférence de presse.

fmi
Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à un "atterrissage en douceur" de l'économie mondiale cette année. Photo : AFP

L'institution, basée à Washington, doit publier à la fin du mois une actualisation de ses prévisions sur l'économie mondiale (WEO), trois mois après le rapport initial dévoilé à l'occasion de ses réunions annuelles, mi-octobre à Marrakech (Maroc).

Mais d'ores et déjà "notre vue sur les prévisions est que nous devrions nous diriger vers un atterrissage en douceur de l'économie mondiale. Nous nous attendons à ce que la résilience persiste mais il reste un certain nombre de défis à régler", a déclaré Mme Kozack.

Mi-octobre, le FMI avait annoncé s'attendre à une croissance de 3% pour cette année, proche de celle prévue pour 2023, que le Fonds a révisée régulièrement à la hausse tout au long de l'année, grâce à une bonne tenue de l'activité économique mondiale, en particulier des Etats-Unis, dans un contexte de forte inflation et de hausse rapide des taux d'intérêt.

La Banque mondiale (BM) a publié de son côté mardi ses prévisions pour l'année en cours, prévoyant pour sa part une croissance à 2,4%, la plus faible enregistrée depuis la crise financière de 2008 si elle se matérialisait, exceptée la forte récession engendrée en 2020 par la pandémie de Covid-19.

La BM signalait par ailleurs le risque de "décennie d'opportunité manquée" pour l'économie mondiale, alors que la croissance moyenne sur les cinq dernières années a été la plus faible enregistrée depuis le début des années 90.

Pour le Fonds, il existe un "risque de divergence" entre les différents pays ou groupes de pays "avec le risque que les pays à faible revenu se retrouvent encore plus derrière. Ils ont les plus grandes difficultés à se remettre de la série de chocs, entre la pandémie et la hausse brutale des prix de l'énergie et de l'alimentation", a souligné Mme Kozack.

Un point qui rejoint l'alerte émise par l'autre institution issue de Bretton Woods, qui soulignait mardi que si les pays développés ont désormais un PIB par habitant supérieur à ce qu'il était avant la pandémie, "ce ratio est de 2/3 pour les pays émergents" et même "moins de la moitié" concernant les pays les plus fragiles ou touchés par des guerres.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique