Mercredi, 24 avril 2024
Economie > Economie >

Les Egyptiens devraient dépenser 1,2% de plus en 2024 : Mastercard Economics Institute

Nasma Réda, Vendredi, 22 décembre 2023

Les dépenses réelles de consommation de l’Egypte devraient augmenter de 1,2% en 2024, malgré les préoccupations inflationnistes, selon le rapport Perspectives économiques du Mastercard Economics Institute (MEI), publié jeudi 21 décembre.

s
Vue générale à l'intérieur d'un mall en Egypte. Photo : AFP

Le Mastercard Economics Institute a publié son rapport annuel intitulé « Perspectives économiques 2024 », jeudi 21 décembre, en attendant que l’économie mondiale se sentira au cours de la prochaine année plus « normale » que les trois précédentes.

Il s’agira toujours d’une économie en quête d’équilibre : un équilibre prudent entre les taux d’intérêt, les salaires et les prix élevés par rapport aux niveaux d’avant la pandémie, selon le rapport.

Toutefois, l’autonomisation des consommateurs se poursuit avec une inflation modérée et une croissance économique réelle stable, mais avec des dynamiques régionales variées.

Dans la région de Moyen-Orient, on s’attend à ce que les consommateurs et les entreprises soient confrontés à des décisions cruciales en matière de dépenses et d’investissements, où les niveaux des prix et des taux d’intérêt ont augmenté, pesant sur les budgets, informant les ressources disponibles avec moins de marge de manœuvre.

En 2024, le Mastercard Economics Institute s’attend à ce que les dépenses de consommation réelles augmentent de 5 % aux Emirats Arabes Unis (EAU), de 4,3 % en Arabie saoudite et de 1,2 % en Egypte.

Cependant, les Egyptiens seront moins flexibles en ce qui concerne leurs achats, car ils tiendront compte de multiples facteurs en jeu, notamment les variations de prix et les taux d’intérêt élevés, a déclaré le rapport.

En novembre, l’inflation annuelle globale de l’Egypte a relativement ralenti à 36,4 %, contre 38,5 % en octobre, selon l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS).

Depuis mars 2022, les taux d’intérêt dans le pays ont augmenté de 11 %.

Croissance aux pays du Golfe

La politique budgétaire expansionniste devrait continuer à soutenir la croissance dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG).

En outre, un important effort d’investissement pour plus de développement par des projets giga est en cours en Arabie saoudite, et les EAU cherchent à maintenir leur position traditionnelle en tant que plaque tournante régionale du commerce et de l’investissement. Pendant ce temps, l’Egypte resserre sa politique visant à réduire les déséquilibres macroéconomiques. Le tourisme restera probablement un point positif pour de nombreuses économies de la région.

« Alors que les économies de la région de Moyen-Orient sont touchées par plusieurs facteurs, notamment les conflits géopolitiques, l’instabilité du coût de la vie et les fluctuations monétaires, des visions gouvernementales fortes fournissent une base solide pour la stabilité économique. Cela encourage les consommateurs autonomes et résilients à prendre en main leurs besoins et leurs désirs en toute confiance, dans les limites des ressources disponibles », a déclaré David Mann, économiste en chef, Asie-Pacifique et EEMEA, Mastercard.

Les dépenses sont priorisées en fonction des « besoins » et des « désirs »

Même si l’inflation prend une plus grande partie des dépenses pour l’essentiel, les consommateurs prioriseront les dépenses discrétionnaires qui comptent le plus, les voyages, les événements, les concerts en direct et les films restant des choix populaires, l’attention des consommateurs attirée par The Eras Tour et Barbenheimer de Taylor Swift.

La région du Moyen-Orient est particulièrement stimulée par le tourisme : l’Egypte et la Tunisie figuraient parmi les cinq destinations les plus dynamiques pour les Européens en 2023 par rapport à 2022.

Pendant ce temps, la forte poussée du CCG pour développer son secteur touristique a fait de la région l’une des destinations à la croissance la plus rapide au monde. En 2023, le CCG aurait enregistré une augmentation de 22 % des dépenses touristiques entrantes par rapport à 2019, soit 26 points de pourcentage de plus que la moyenne mondiale.

Amélioration de l’économie mondiale

Mastercard s’attendait également à une amélioration de l’économie mondiale en 2024 malgré les défis persistants des taux d’intérêt élevés et de l’inflation.

« Les banques centrales sont susceptibles d’atteindre ou de frôler les pics de taux. Un certain assouplissement est attendu l’année prochaine, l’inflation se refroidissant, tandis que la croissance reste modérée, ce qui entraîne une normalisation partielle de la politique monétaire ».

La croissance économique mondiale devrait ralentir, passant de 3,5 % en 2022 à 3 % en 2023 et à 2,9 % en 2024, bien en deçà de la moyenne historique (2000-2019) de 3,8 % sur la base des estimations du rapport Perspectives de l’économie mondiale publié en octobre par le Fonds monétaire international.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique