Dimanche, 21 avril 2024
Economie > Economie >

La hausse du salaire minimum des employés du secteur privé à 3 500 livres entre en vigueur début janvier: ministère du travail

Dalia Farouq , Dimanche, 17 décembre 2023

En Egypte, une hausse de 100% du salaire minimum pour les employés du secteur privé est prévue pour janvier 2024, conformément aux récentes directives gouvernementales.

s
Des employés dans une usine de fruits Photo : AP

Le gouvernement égyptien a annoncé que, dès janvier, le salaire minimum des employés du secteur privé sera porté à 3 500 livres sans exception, conformément à un communiqué du ministère du Travail.

Cette mesure, rendue publique dimanche, vise à améliorer le niveau de vie des travailleurs égyptiens. Hassan Shehata, ministre du Travail, a insisté sur l'application stricte de cette augmentation salariale, rappelant que les consignes du président Abdel Fattah Al-Sissi sont de continuer à protéger et soutenir les travailleurs, véritables "soldats de la production".

Cette décision fait suite à celle du Conseil national des salaires, qui avait déjà statué, le 27 octobre, sur l'augmentation du salaire minimum à 3 500 livres pour le secteur privé, avec en complément une prime annuelle récurrente de 200 livres. dès janvier 2024. Cette initiative reflète l'engagement du gouvernement à trouver un juste milieu entre les intérêts des employeurs et ceux des salariés.

Le Conseil a également approuvé une hausse du salaire minimum, le faisant passer de 3 000 à 3 500 livres, et instauré une prime annuelle de 3% du salaire assuré, avec un plancher de 200 livres Cette prime représente une augmentation substantielle par rapport à l'année précédente, où elle était fixée à 100 livres minimum.

Ciblant principalement les travailleurs à faible revenu, cette hausse, qui représente environ 10% du salaire d'assurance, est évaluée à 100% par rapport à l'année dernière.

Hala Al Saïd, ministre de la Planification et du Développement économique, souligne l'importance de cette mesure : « Le gouvernement est soucieux d’établir un équilibre dans l'intérêt à la fois de l'employeur et de l’employé, surtout à la lumière des défis actuels. Nous sommes également déterminés à préserver les droits des travailleurs tout en maximisant la productivité pour soutenir le développement national ».

Toutefois, le Conseil a décidé d'exempter certaines organisations de la société civile de l'application de ce salaire minimum, suite à une requête de Nivine El-Kabbaj, ministre de la Solidarité sociale. Cette exception souligne la flexibilité de l'approche gouvernementale face aux différents acteurs de l'économie sociale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique