Lundi, 26 février 2024
Economie > Economie >

L'Egypte abaisse à 3,5% ses prévisions de croissance du PIB pour l'exercice 2023/24 : ministre de planification

Racha Darwich , Mardi, 05 décembre 2023

L'Égypte poursuit son programme de privatisation dans le cadre de son accord de prêt de 3 milliards de dollars avec le FMI.

Hala Al-Saïd
Hala Al-Said, ministre de la plannification et du développement économique.

L'Egypte a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour l'exercice 2023/2024 à 3,5 %, a déclaré lundi Hala El-Said, ministre de la Planification et du Développement économique. Ce chiffre est inférieur de 0,7 % aux prévisions d'El-Saïd en novembre.

El-Saïd a attribué la révision à la baisse à une série de chocs et de perturbations externes, notamment des tensions géopolitiques et des crises mondiales, telles que « l'impact de la guerre israélienne sur Gaza », lors d'un entretien avec CNBC Arabia.

Elle a noté que la pandémie de Covid-19 et la guerre entre la Russie et l'Ukraine ont entraîné une baisse du taux de croissance économique de l'Egypte au cours de l'exercice 2022/2023, atteignant le taux de 3,8 %, alors que le taux visé était de 5,2 %.

En octobre, la Banque mondiale (BM) avait révisé ses prévisions de croissance pour l'Egypte, relevant la projection de croissance du PIB réel en 2023 à 4,2 %, contre 4 % auparavant.

Cependant, elle a abaissé la prévision de croissance du pays pour 2024 à 3,7%, contre 4% auparavant.

De plus, le Fonds Monétaire International (FMI) a ajusté ses prévisions, augmentant la prévision de croissance du PIB réel égyptien pour 2023 à 4,2%, tout en abaissant la prévision pour 2024 à 3,6 %.

Programme d'introduction en bourse

Lors de son entretien, El-Saïd a souligné que le gouvernement envisageait de finaliser la vente de ses parts dans sept hôtels publics avant la fin de 2023.

« L'Egypte a également l'intention de vendre ses parts dans les stations-service publiques Chill Out à des investisseurs stratégiques au cours du premier trimestre 2024 », a-t-elle ajouté.

El-Saïd a reconnu que l'accord visant à vendre les sociétés pétrochimiques publiques et les stations-service de Wataniya sera retardé de quelques semaines au-delà de sa date prévue fin décembre.

L'Egypte cherche à accélérer la mise en œuvre de son programme de privatisation, qui propose ses parts dans 35 actifs publics dans le cadre du programme gouvernemental d'introduction en bourse, ou en vendant certains actifs à des investisseurs stratégiques d'ici fin juin 2024.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique