Samedi, 13 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Energie, un secteur prospère

Gilane Magdi, Mardi, 21 décembre 2021

Réunis à Al-Ahram dans le cadre de la cinquième Conférence sur l’énergie, des experts sont revenus sur la stratégie énergétique de l’Egypte, basée sur une utilisation plus accrue des énergies renouvelables et l’adoption de l’hydrogène vert.

La Conférence sur l’énergie d’Al-Ahram, une plateforme de discussion importante pour les responsable
La Conférence sur l’énergie d’Al-Ahram, une plateforme de discussion importante pour les responsables du secteur de l’énergie. (Photo : Ahmad Al-Agamy)

« Vers de nouveaux horizons en matière de production et d’utilisation de l’énergie ». C‘était le thème de la 5e conférence sur l’énergie d’Al-Ahram, tenue le 20 décembre sous le haut patronage du premier ministre, Moustapha Madbouli. L’événement a réuni les hauts responsables de la Fondation Al-Ahram (le PDG Abdelmohsen Salama et le rédacteur en chef Alaa Sabet), ainsi que le ministre de l’Electricité et des Ressources minérales, Mohamad Chaker, le ministre des Finances, Mohamad Maeit, l’ingénieur Abdel-Sadeq Al-Chorbagui, président de l’Autorité nationale de la presse, Alessandro Fracassetti, représentant résident du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) en Egypte et les dirigeants des entreprises publiques et privées opérant dans le secteur de l’énergie.

A l’issue de la séance inaugurale, un premier protocole du genre a été signé entre la Fondation Al-Ahram, l’Autorité des énergies nouvelles et renouvelables du ministère de l’Electricité et le Centre de modernisation industrielle, pour construire une station d’énergie solaire sur le site de la Fondation Al-Ahram. La station sera financée par les Nations-Unies. « Le projet renforce le plan de rationalisation de l’énergie électrique et d’expansion des énergies nouvelles et renouvelables. Ce projet pionnier coïncide avec les préparatifs de l’Etat égyptien en vue d’accueillir le sommet du climat à Charm Al-Cheikh l’année prochaine », a déclaré le PDG de la Fondation Al-Ahram, Abdelmohsen Salama.

Les participants à la conférence ont salué notamment le développement des secteurs du pétrole et de l’électricité en Egypte ces dernières années qui a fait du pays un centre régional de l’énergie et un exportateur de gaz naturel et d’électricité vers les pays voisins. Ils ont présenté, durant les 5 séances de la conférence, les nouvelles stratégies dans le domaine de l’énergie, ainsi que la vision des investisseurs à l’égard du climat d’investissement dans ce secteur vital de l’économie.

Augmenter la production

Le ministre de l’Electricité a présenté sa nouvelle stratégie au cours de la prochaine période, basée sur la hausse de la production des énergies renouvelables et l’augmentation des investissements dans le domaine de l’hydrogène vert.

« Le ministère s’est appuyé tant sur le secteur privé et le secteur public pour développer les énergies renouvelables, ce qui a contribué de manière significative à l’augmentation des investissements dans ce secteur. La capacité de production du secteur s’élève actuellement à environ 1715 mégawatts d’énergie solaire et éolienne », a souligné le ministre avec fierté. Et d’ajouter que la nouvelle stratégie du ministère jusqu’en 2035 vise à amener la part des énergies nouvelles et renouvelables dans le mix énergétique à 42% contre 20% actuellement. « La production de l’énergie éolienne, solaire et électrohydraulique a atteint 6 128 mégawatts en 2021. Un chiffre qui va atteindre 10000 mégawatts d’ici 2023 », a renchéri Mohamad Chaker.

Il a aussi souligné l’importance de s’appuyer sur l’hydrogène vert à travers la coopération avec des entreprises internationales. « L’électricité représente 50% du coût de production de l’hydrogène », a déclaré le ministre qui a présenté des projets importants dans ce domaine vital, telle la signature en octobre 2021 d’un accord pour établir un électrolyseur d’eau produisant de l’hydrogène vert d’une capacité de 100 mégawatts. En plus, un projet d’ammoniac vert, le plus grand projet au monde, fera de l’Egypte un pionnier de l’investissement dans l’énergie verte propre à l’échelle internationale.

Les progrès réalisés dans les secteurs de l’électricité et du pétrole ont été saluées par les hommes d’affaires arabes assistant à la conférence, à l’exemple de l’homme d’affaires émirati Hussein Al-Nowais, PDG de la société Al-Nowais Investment, qui concentre ses investissements dans le secteur de l’énergie.

Celui-ci a déclaré que son groupe étudie en ce moment plusieurs projets de dessalement de l’eau en utilisant les énergies renouvelables, en coopération avec des entreprises asiatiques.

« Entre 2 et 3 stations seront établies d’une capacité de 300000 mètres cubes/jour. L’entreprise travaille aussi sur la construction de deux usines de production d’électricité à partir de l’énergie solaire et éolienne en Egypte, d’une capacité totale de 1 000 mégawatts. Le coût total s’élève à un milliard de dollars », a-t-il souligné. Et d’ajouter que ces usines fourniront de l’énergie propre à 430000 logements et réduiront les émissions de carbone à hauteur de 880000 tonnes par an.

10000 mégawatts : Production de l’énergie renouvelable prévue en 2023.

5,4 milliards de L.E. : Coût total de la modernisation du réseau de transport d’électricité en 2021.

Un million de tonnes : Volume des exportations de gaz naturel au cours du troisième trimestre de 2021.

33000 milliards de dollars : Montant des investissements mondiaux pour soutenir les énergies renouvelables d’ici 2050.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique