Samedi, 02 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Le marché de l’automobile en crise

Gilane Magdi, Lundi, 06 décembre 2021

La récente hausse des prix des voitures s’explique par un recul de l’offre et une hausse de la demande. Les spécialistes prévoient une chute des ventes au cours de la prochaine période. Explications.

Les ventes de voitures personnelles ont augmenté de 43 % au cours des 9 premiers mois de 2021.
Les ventes de voitures personnelles ont augmenté de 43 % au cours des 9 premiers mois de 2021.

Mohamad Farid, un jeune de 35 ans, est incapable d’acheter une nouvelle voiture en raison de la hausse continuelle des prix. « Je possède 250 000 L.E. J’aimerais acheter une voiture japonaise mais les prix changent de jour en jour », se plaint-il. Tout comme Mohamad, des milliers d’Egyptiens souffrent de la hausse continuelle des prix des voitures et des délais de livraison prolongés.

« Le marché de l’automobile traverse une période difficile, en raison d’une hausse de la demande et d’une offre insuffisante », explique Hussein Moustapha, exdirecteur exécutif de l’Association des producteurs automobiles.

Et d’ajouter que la hausse des prix a deux raisons principales. La première est la hausse des coûts de production due au manque de composants et à la hausse des tarifs mondiaux de fret, ce qui a entraîné une baisse de la production au niveau international et une hausse des prix. « Depuis le début de l’année, l’industrie automobile est fortement impactée par la crise des puces électroniques qui sont nécessaires à la production des véhicules modernes. Les grands constructeurs automobiles comme Toyota et Volkswagen ont ainsi annoncé la réduction de leurs productions de 40 à 60 %, alors que certaines usines dans le monde ont fermé leurs portes. La baisse de la production a entraîné un problème d’offre et a incité les distributeurs et les constructeurs automobiles à augmenter les prix de vente », explique Hussein Moustapha. Selon lui, les constructeurs chinois sont les seuls à ne pas faire face à cette crise.

« Les sociétés chinoises ont stocké de grandes quantités de matériel semi-conducteur nécessaire à la production. Et donc, les Chinois sont les seuls capables de répondre aux besoins du marché chinois et égyptien sans recourir à la hausse des prix », ajoute Moustapha. « Pour la première fois, les ventes des véhicules chinois ont dépassé celles des véhicules européens et coréens. Il y a vraiment un grand changement sur le marché de l’automobile en Egypte », renchérit-il.

Selon le dernier rapport du Conseil d’information sur le marché automobile (Amec) publié récemment, la part des ventes des voitures chinoises sur le marché égyptien est passée à 23,6 % contre 16,9 % l’année passée (36 277 véhicules vendus au cours des 9 premiers mois de 2021, contre 18 280 au cours de la période correspondante en 2020).

Le rapport souligne également une hausse de la demande sur les voitures au cours des 9 premiers mois de l’année. « Les ventes de voitures personnelles ont augmenté de 43 % pour se chiffrer à 153 867 véhicules entre janvier et septembre 2021 contre 107 617 véhicules durant la même période de 2020 », souligne le rapport.

Quant aux tarifs de fret mondiaux, Nada Waguih, spécialiste dans le domaine de l’automobile à la banque d’investissement Prime Holding, explique qu’ils ont atteint leur plus haut niveau en 10 ans. Cette hausse revient à la pénurie des conteneurs due à la fermeture de certains ports en Chine.

Le phénomène de l’« over price »

Quant à la deuxième raison de la hausse des prix des ventes des voitures, elle est liée au phénomène l’« over price » (surprix). « Les grands commerçants sont les seuls bénéficiaires de cette crise. Ils ont exploité le recul de l’offre et exigé aux clients des sommes supplémentaires s’ils veulent recevoir leurs véhicules sans retard. C’est ce qu’on appelle l’over price.

Cette somme varie entre 30 000 L.E. et un million de L.E. pour les marque luxueuses comme BMW », souligne Ossama Aboul-Magd, président de l’Association des commerçants de l’automobile et membre de l’Union des chambres de commerce.

Il ajoute que la crise des puces électroniques a provoqué une augmentation des prix des voitures sur le marché égyptien de l’ordre de 10 à 15 %, et cette augmentation atteindra les 30 % si la crise se poursuit. L’Association des commerçants de l’automobile a récemment tenu une réunion avec l’Appareil de protection du consommateur en vue d’arrêter le phénomène de l’« over price » à cause de son impact négatif sur le consommateur et le marché de l’automobile en général. « L’Appareil de protection du consommateur a pris une série de décisions qui obligent les commerçants à afficher le prix de la voiture sans aucune somme supplémentaire », dit Aboul-Magd.

Quels seront les scénarios pour la prochaine période ? Ossama Aboul-Magd estime que la crise va continuer au cours de la prochaine période. « Les rapports nationaux et internationaux prévoient la poursuite de la crise, bien que les grands constructeurs automobiles comme Porsche aient décidé d’augmenter leur production de puces électroniques durant la prochaine période », souligne-t-il.

Il s’attend aussi à ce que les petits commerçants ferment leurs portes car ils seront incapables de survivre dans ces conditions difficiles.

Hussein Moustapha pense que le recul de l’offre va continuer. « La crise ne prendra pas fin avant juin 2022 », estime-t-il. La hausse des prix des voitures sera très grande au cours de la prochaine période.

23,6 % : La part des ventes de voitures chinoises sur le marché égyptien de janvier à septembre 2021.

153 867 unités : Le nombre de voitures personnelles vendues au cours des 9 premiers mois de 2021.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique