Mardi, 05 décembre 2023
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Partenariat public-privé : Le Fonds souverain fait la promotion des sociétés affiliées à l’armée

Mercredi, 16 décembre 2020

Les entreprises Al-Wataniya pour le pétrole et Safi, relevant du ministère de la Défense, seront proposées aux investisseurs par le Fonds souverain égyptien. Objectif : augmenter la valeur de leurs actifs et les développer en partenariat avec le secteur privé. Explications.

Partenariat public-privé : Le Fonds souverain fait la promotion des sociétés affiliées à l’armée
La ministre de la Planification, Hala Al-Saïd, et le directeur exécutif du TSFE, Ayman Soliman, lors de la conférence de presse. (Photo : Ministère de la Planification)

Névine Kamel

Le Fonds souverain d’Egypte (TSFE) commencera à faire la promotion de deux sociétés, affiliées à National Service Products Organization (NSPO), (organisation nationale des services dépendant du ministère égyptien de la Défense), a déclaré Hala Al-Saïd, ministre de la Planification et du Développement économique et PDG du TSFE. Objectif : les proposer aux investisseurs du secteur privé.

Le directeur exécutif du TSFE, Ayman Soliman, a révélé que les deux sociétés sont Al-Wataniya Petroleum Company et Safi pour la production et l’embouteillage de l’eau minérale, basée à Siwa, et ce, lors d’une conférence de presse avec les rédacteurs en chef des journaux et les éditorialistes de la presse égyptienne, tenue mercredi 9 décembre.

La ministre a confié à l’Hebdo que les parts qui seront lancées de ces entreprises seront déterminées selon les offres présentées. Appartenant à un secteur stratégique, ces entreprises seront proposées à des investisseurs égyptiens et arabes exclusivement, explique la ministre à l’Hebdo. Pour sa part, Soliman a révélé que l’accord signé par le fonds avec la NSPO permet la soumission en Bourse de certaines entreprises des forces armées avec des quotas pouvant aller jusqu’à 100 %. Et de préciser : « Le modèle de développement durable auquel nous aspirons repose sur les partenariats public-privé et non pas la privatisation », dit-il. En ce qui concerne l’horaire prévu de la transaction, Al-Saïd révèle à l’Hebdo : « Nous venons de faire l’annonce et nous allons commencer à faire la promotion des entreprises. Nous nous attendons à finaliser un partenariat au cours du premier trimestre de 2021 ». Plus tôt en février, le premier ministre, Moustapha Madbouli, avait assisté à la signature d’un accord de coopération entre le TSFE et la NSPO.

Créée en 1979, la NSPO est une entité appartenant aux forces armées opérant dans divers secteurs de développement cruciaux pour répondre aux besoins de l’armée et du marché local. La NSPO est la société mère de 32 entreprises opérant dans plusieurs secteurs. Son portefeuille comprend des entreprises dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie alimentaire, de l’ingénierie ainsi que dans le secteur des services et le secteur minier. Parmi ces entreprises Al-Wataniya Company for Roads (la compagnie Al-Wataniya pour les routes), qui était impliquée dans presque tous les grands projets d’infrastructure ces dernières années, ceci outre les services commerciaux et les produits pétroliers. L’accord stipule également de mener des études d’investissement pour certaines entreprises de la NSPO afin de les exploiter à des fins d’investissement via le TSFE, dans le but de maximiser la valeur de leurs actifs et de les développer en partenariat avec le secteur privé.

En ce qui concerne la sortie de ces entreprises du TSFE, la ministre a assuré à l’Hebdo que l’Etat égyptien avait dû intervenir sur le marché des affaires dans des circonstances particulières pour créer des entreprises dans des secteurs stratégiques. « Et qu’une fois la mission accomplie, elles sortiront progressivement ».

Actifs inexploités

Ces derniers mois, l’Egypte a tenté d’attirer les investisseurs vers ses actifs inexploités, révèle Ayman Soliman, affirmant que le fonds prévoyait de contrôler certains actifs potentiellement précieux dans des secteurs, tels l’énergie et l’immobilier, afin d’attirer les investisseurs privés. Le mois dernier, le TSFE a accepté de s’associer à la société britannique Actis pour aider à attirer des investissements privés en Egypte et à coopérer dans des projets d’énergie et d’infrastructure. Le TSFE a un capital payé de 1 milliard de L.E. (63,2 millions de dollars), mais cette somme peut atteindre plusieurs milliards, selon les déclarations du président Abdel-Fattah Al-Sissi en octobre 2019. Al-Saïd a ajouté que le Fonds souverain égyptien a signé deux accords de coopération en matière d’investissement en novembre avec le ministère égyptien des Affaires publiques et la Banque nationale d’investissement pour exploiter leurs actifs et y injecter des investissements privés.

Au service de la Vision Egypte 2030

Le fonds a été créé pour atteindre les objectifs du développement durable qui font partie de la Vision Egypte 2030. Hala Al-Saïd a déclaré qu’il était important de créer une entité solide qui puisse contribuer à l’accroissement des investissements et à la diversification des ressources de financement, en établissant des partenariats avec des institutions nationales et mondiales, ainsi qu’en exploitant les actifs et les ressources de l’Etat pour maximiser leur valeur. « Le Fonds souverain égyptien vise à exploiter les actifs inutilisés de l’Etat et à réaliser des excédents budgétaires durables. Il vise également à accéder à des produits financiers durables en vertu d’un portefeuille diversifié et raisonnable qui établit un équilibre entre les revenus et les risques », a déclaré la ministre. « Le TSFE égyptien cherche à avoir un impact social et économique positif en matière d’investissement via l’exploitation d’un portefeuille spécial composé d’actifs égyptiens destinés à attirer les investisseurs. Ces produits sont adressés à toutes sortes d’investisseurs : mondiaux, régionaux et nationaux pour les encourager à investir dans les secteurs hautement prioritaires de l’Egypte, générant ainsi de la richesse et aidant à développer les projets en cours et à donner naissance à de nouveaux projets », affirme Al-Saïd.

En conclusion, Hala Al-Saïd a déclaré que d’autres types de coopération sont en vue entre le TSFE et d’autres entreprises dépendant de l’Organisme des services nationaux dont les détails seront annoncés progressivement plus tard.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique