Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Forum du gaz de la Méditerranée : Le coup d’envoi est lancé

Gilane Magdi, Lundi, 20 janvier 2020

Le cadre institutionnel du Forum du gaz de la Méditerranée a été approuvé le 16 janvier au Caire par les membres fondateurs (dont l'Egypte). La France et les Etats-Unis ont demandé l’adhésion au forum.

Forum du gaz de la Méditerranée  : Le coup d’envoi est lancé
Le ministre égyptien du Pétrole, Tarek El-Molla, pendant la 3e réunion ministérielle. (Photo:Ministère du Pétrole)

Les pays fondateurs du Forum du gaz de la Méditerranée orientale (EMGF) ont lancé officiel­lement le forum en tant qu’organisa­tion concernée par le commerce mondial du gaz. A l’issue de la troi­sième réunion ministérielle du forum tenu au Caire le 16 janvier, l’Egypte et 6 pays (Chypre, Grèce, Jordanie, Palestine, Italie et Israël) ont signé en premières lettres le cadre institu­tionnel du forum. « Les pays membres du forum ont mis en oeuvre une feuille de route claire, celle-ci avait été élaborée lors des premières réunions du forum. Ceci a permis de rédiger le cadre institutionnel néces­saire à la création officielle du forum et son approbation au cours de cette réunion », a déclaré le ministre égyptien du Pétrole, Tarek El-Molla, lors de la réunion ministérielle. Selon le ministre du Pétrole, le fait que les pays fondateurs aient pu terminer la mise en place du cadre institutionnel dans le temps record de 12 mois reflète vraiment son importance. « Les membres fondateurs du Forum du gaz, qui sont également membres de l’Union européenne, soumettront le cadre institutionnel, après son approbation, à la Commission euro­péenne pour être examiné. Il sera ensuite signé par les membres fonda­teurs après s’être assurés qu’il est en accord avec les lois européennes », selon la déclaration ministérielle.

Des ministres et des hauts respon­sables des pays fondateurs du forum ont assisté à la réunion du 16 janvier. Il y avait notamment les ministres chypriote, grec et israélien de l’Ener­gie, le responsable palestinien en charge de l’énergie, le ministre ita­lien adjoint du Développement éco­nomique et un représentant du ministre jordanien de l’Energie. De même, des responsables de l’Union européenne et de la Banque mon­diale, ainsi que des représentants américains et français ont également assisté à la réunion en tant qu’invités.

A l’issue de la réunion, la France a officiellement demandé de se joindre au forum, et le sous-secrétaire adjoint américain à l’Energie a aussi expri­mé le souhait de son pays de rejoindre le forum en tant qu’obser­vateur permanent. « Ces demandes seront approuvées par les membres fondateurs conformément au statut du forum », a déclaré le ministre égyptien du Pétrole qui s’est félicité des demandes formulées par les res­ponsables des deux pays.

En janvier 2019, les ministres de l’Energie des 7 pays fondateurs avaient annoncé la création du Forum du gaz de la Méditerranée orientale, en tant qu’organisation mondiale visant à réaliser plusieurs objectifs: créer un marché régional du gaz au service des pays membres, assurer l’offre et satisfaire la demande des pays membres tout en travaillant sur le développement optimal des ressources, et enfin l’uti­lisation efficace des infrastructures en proposant des prix compétitifs. Pour réaliser ces objectifs, les pays fondateurs ont créé, en novembre 2019, le Comité consultatif de l’in­dustrie gazière (GIAC) en tant que plateforme permanente qui offre au secteur privé la possibilité de partici­per à des études qui renforcent la coopération et aident à atteindre les objectifs du forum. Selon le commu­niqué de presse du ministère du Pétrole, les ministres se sont félicités d’avoir finalisé les procédures du comité consultatif du gaz, ce qui ouvrira la voie à l’élargissement pro­gressif du comité. De même, ils ont insisté sur le fait que « les nouvelles infrastructures du gaz naturel, y compris les lignes de pipeline ainsi que les relations étroites entre les pays membres vont permettre d’ac­célérer l’exploitation complète des réserves de gaz naturel dans la Méditerranée orientale et de réduire le coût de production et de trans­port », selon la déclaration ministé­rielle qui note que les pays fonda­teurs vont tenir la prochaine réunion ministérielle au Caire au cours du deuxième trimestre 2020.

L’Egypte exportatrice de gaz

La tenue de cette réunion de l’EMGF intervient au lendemain de l’annonce par l’Egypte d’avoir com­mencé à recevoir du gaz naturel d’Israël après presque 5 ans d’arrêt. « Le gaz israélien importé sera liquéfié et exporté ensuite vers l’Eu­rope », selon le communiqué de presse du ministère du Pétrole, publié le 15 janvier sur son site élec­tronique. Au cours des deux der­nières années, l’Egypte a réussi à satisfaire ses besoins en gaz naturel et est devenue un exportateur impor­tant grâce aux explorations impor­tantes en Méditerranée. De même, elle possède des réserves de gaz, une bonne infrastructure et des moyens logistiques importants. La position géographique de l’Egypte permet d’exporter le gaz naturel directement vers les pays européens.

En marge de la réunion, le ministre égyptien du Pétrole a examiné, avec son homologue chypriote, l’exploita­tion du champ d’Aphrodite en Méditerranée à la lumière des récents accords conclus par le gouvernement chypriote avec des entreprises qui explorent le champ. « Les deux ministres ont aussi examiné les étapes visant à activer l’accord signé entre les deux gouvernements pour créer un gazoduc pour transporter le gaz chypriote vers l’Egypte en pas­sant par l’usine Edco pour liquéfier le gaz naturel », indique le commu­niqué de presse du ministère du Pétrole.

De même, El-Molla a discuté avec son homologue grec les moyens de soutenir la coopération bilatérale et les moyens d’attirer les entreprises grecques dans les activités d’explo­ration en Egypte .

Rectificatif

Dans le numéro 1307, nous avons publié une interview avec M. Akram Tinawi, direc­teur général de la banque ABC en Egypte, et non pas membre délégué de la banque comme cité dans l’entretien.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique