Dimanche, 16 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Takafol wa Karama: Réformer pour mieux cibler

Amani Gamal El Din, Lundi, 04 novembre 2019

Appliqué depuis 2014-2015 par le ministère de la Solidarité sociale, le programme de Cash Transfer Takafol wa Karama entre dans une nouvelle phase. Explications.

« Le gouvernement entend désormais regrouper tous les bénéficiaires du programme Takafol wa Karama, qui sont au nombre de 3,4 millions d’individus, sous une même ombrelle d’un système de protection sociale plus intégrale. Cette couverture n’inclura pas uniquement les Cash Transfers et les cartes de rationnement. Mais elle aura pour objectif d’améliorer le système d’assurance médicale, les repas scolaires, le développement urbain et rural, le logement social et l’emploi ». C’est ce que vient d’annoncer la ministre de la Solidarité sociale, Ghada Wali, en procédant à une évaluation des résultats du programme devant l’American Chamber of Commerce (AmCham).

« Au début de son application, le programme avait été initié par un prêt de la Banque mondiale, et donc, il est normal qu’il prenne une nouvelle formule », explique Dr Walaa Talaat, professeure d’économie et spécialiste des programmes de protection sociale. Selon Wali, les allocations sont passées de 6,6 milliards de L.E. dans l’année fiscale 2014-2015 à 18,7 milliards au cours de l’actuelle année fiscale 2019-2020, et ceci, grâce à la consolidation fiscale due à la levée des subventions.

Selon l’évaluation des impacts présentée par Ghada Wali, le programme de Takafol wa Karama a atteint 5500 villages dans 27 gouvernorats. 72% des bénéficiaires sont originaires de la Haute-Egypte qui compte le plus haut taux de pauvreté selon la CAPMAS, agence des statistiques égyptiennes qui avait recensé le taux de pauvreté en juillet dernier à 32,7 %.

Takafol wa Karama a permis l’augmentation de la consommation des ménages bénéficiaires de 8,4 %. Il a également réduit à 12% la probabilité des ménages bénéficiaires de tomber en dessous du seuil de pauvreté. Les résultats ont démontré que les Cash Transfers ont aidé les bénéficiaires à payer leurs dettes, les factures en retard. L’achat des aliments, tels que la viande, les fruits et les poissons, a augmenté. De même, le taux d’enfants souffrant de sous-nutrition a baissé de 3,7 %.

Selon les mêmes évaluations, 100% des enfants des familles ciblées par Takafol wa Karama étaient inscrits à différents cycles d’enseignement, une condition pour avoir accès à l’aide. « Cependant, malgré le ciblage satisfaisant de Takafoul wa Karama, il n’était pas suffisant pour mettre un terme à la pauvreté pour le moment. D’autant que la pauvreté est une dynamique nécessitant des besoins fondamentaux variables selon le temps, l’âge, le sexe, la situation médicale, les emplacements géographiques et les considérations culturelles », a déclaré Wali.

Or, selon Talaat, le cadre de ce nouveau programme social intégral annoncé par le ministère de la Solidarité n’est pas clair et l’on ne sait encore ni comment il sera appliqué, ni qui il intégrera à juste titre, ni les deadlines ni le financement. « Pour appliquer un tel programme, il faut avoir une stratégie bien définie, divisant les rôles et les responsabilités des différentes institutions concernées cooptées par les législations nécessaires. Il n’est pas très clair en plus qui sera ciblé », conclut Talaat.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique