Jeudi, 22 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

A Manchiyet Nasser, les déchets valent de l'or

Hossam Rabie, Mercredi, 23 août 2017

Plus de 3 000 ateliers et usines de recyclage se trouvent à Manchiyet Nasser. Un quartier où prospère cette industrie loin de l’action de l’Etat.

A Manchiyet Nasser, les déchets valent de l
Les chiffonniers indépendants collectent 16 000 tonnes de déchets à Manchiyet Nasser.

Il est 11h, et comme tous les jours, les embouteillages blo­quent l’unique route cabossée don­nant accès à Manchiyet Nasser. A cette heure, des centaines de camions affluent au quartier rame­nant plus de 6 000 tonnes de déchets du Caire. Chaque nuit, des milliers de jeunes de ce quartier arpentent les rues du Caire et pas­sent de maison en maison pour ramasser les ordures. Manchiyet Nasser, c’est un énorme bidonville qui compte 120 000 habitants. La majorité d’entre eux travaillent dans la gestion des déchets. C’est véritablement un hub du recyclage des ordures de la capitale.

Les chiffonniers indépendants en collectent environ 16 000 tonnes, ils se partagent cinq quartiers au Grand-Caire, dont Manchiyet Nasser, Ard Al-Léwa, Tora, Ezbet Al-Nakhl et la ville du 15 Mai. Mais c’est bien le quartier de Manchiyet Nasser qui s’accapare la part du lion : 25,2 % des déchets du Grand-Caire y arrivent chaque jour.

Connu sous le nom du « quartier des zabbaline (chiffonniers) », Manchiyet Nasser comprend égale­ment 3 000 ateliers et usines de recyclage, soit 50 % des opérateurs informels de l’industrie de recy­clage au Grand-Caire, selon Ezzat Naïm, président de l’association L’Esprit des jeunes.

Un monde à part

En dépit des conditions difficiles que vivent les habitants de ce quar­tier où les ordures s’entassent par­tout, où les odeurs répugnantes émanant de toutes parts, les habi­tants du quartier s’accrochent à leur profession. Car c’est un business des plus rentables. « Ici, on recycle tout. Tout peut être réutilisé. C’est notre gagne-pain », explique Roumanie Bedire, 41 ans, entrepre­neur dans le secteur de recyclage du plastique. Selon l’étude menée par L’Esprit des jeunes, 2 500 tonnes de déchets en moyenne sont recyclées par jour dans ce quartier. « Environ 50 % des éléments recy­clés dans le quartier sont du papier carton. Le plastique occupe la deu­xième place puis viennent l’alumi­nium et le cuivre », précise Naïm.

Loin des sociétés traditionnelles de gestion des ordures, Manchiyet Nasser a son propre système. Avec le retour des camions au quartier, la première étape du recyclage com­mence vite. Devant les portes des maisons, les femmes et les petites filles attendent les camions pour faire le tri. « Les hommes et les aînés vont chaque jour pour collec­ter les déchets, alors que les femmes et les petits enfants les trient en séparant les déchets orga­niques des non organiques. Les déchets non organiques sont égale­ment sélectionnés selon les types de matériaux et les couleurs », explique Abdo Samir, chiffonnier et père de deux enfants. « Environ 50 % des déchets ménagers sont organiques, que l’on exploite pour l’élevage des animaux, notamment les cochons. 40 % des déchets sont recyclables alors que les 10 % res­tants sont non recyclables », raconte Samir.

Après l’étape du tri, le chiffon­nier livre ses produits selon les types de matériaux aux commer­çants. Ce sont ces derniers qui vendent en grande quantité aux ateliers et usines de recyclage. A 200 mètres de l’entrée du quartier, des salariés chargent des sacs sur un grand camion devant l’usine d’Al-Gamaeya. Celle-ci recycle deux types de plastique (polyéthy­lène et PDT). Chaque jour, elle produit 8 tonnes de plastique recy­clé vendues après aux grandes usines des villes du 10 de Ramadan et du 6 Octobre qui les transfor­ment en meubles, plats, tuyaux ou chaussures.

Un système réussi

Bien que les produits de celles-ci soient recyclés, les usines en demandent en grande quantité. « Les usines qui fabriquent les pro­duits finis tendent à demander le plastique recyclé, parce que ce der­nier ne coûte pas cher par rapport au plastique importé », révèle Samaan Narous, superviseur des travaux à Al-Gamaeya.

En janvier 2017, le magazine amé­ricain Forbes a considéré que le sys­tème de recyclage appliqué dans ce quartier cairote est plus efficace que celui utilisé par les entreprises conventionnelles de gestion des déchets. Cette méthode familiale per­mettrait de recycler quatre fois plus de déchets que les entreprises conven­tionnelles, selon des agences interna­tionales citées par le magazine.

Bien que ce système soit écolo­gique par excellence, il fournit éga­lement du travail à tous les habi­tants, y compris les femmes et les enfants. Un cas exceptionnel dans un pays où le taux de chômage atteint 12 % de la population. « Nous sommes des hommes d’af­faires qui gèrent leur business privé. Ici, on transforme les déchets en or. Personne n’est au chômage ici », assure fièrement Talaat Kamal, dont l’usine de recyclage produit 5 tonnes d’aluminium par jour. Son travail est simple : faire fondre les cannettes de boissons gazeuses et du papier d’aluminium en utilisant des fours traditionnels.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique