Mardi, 28 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

L’Egypte et le FMI

Lundi, 12 octobre 2015

L’Egypte et le FMI
L’Egypte et le FMI

— En 1945, l’Egypte rejoint le FMI au mois de décembre avec une part d’environ 1,5 milliard de dollars.

— En 1977, l’Egypte recourt à un emprunt auprès du FMI pour la première fois de son histoire et sous la présidence d’Anouar Al-Sadate. Elle demande un prêt de 185,7 millions de dollars en vue de résoudre ses arriérés de remboursement.

— En 1991, l’Egypte obtient pour la deuxième fois un prêt du fonds, sous la présidence de Hosni Moubarak. Le gouvernement est alors dirigé par Atef Sedqi. Elle demande 375,2 millions de dollars pour combler son déficit commercial.

— En 1996, l’Egypte emprunte pour la troisième fois auprès du FMI. Elle a demandé 434,4 millions de dollars, mais elle ne reçoit pas ce prêt en raison de son incapacité de remboursement et de difficultés internes. Depuis, l’Egypte n’a demandé aucun prêt du FMI, le rôle de ce dernier se limitant à apporter des conseils et une assistance technique.

— En 2011, après la révolution du 25 janvier, le gouvernement de Kamal Al-Ganzouri annonce son intention de s’adresser au FMI pour un nouvel emprunt, mais le parlement rejette la démarche.

— En 2012, après l’élection à la présidence de l’islamiste Mohamad Morsi, le cabinet de Hicham Qandil approuve la demande d’un prêt d’une valeur de 3,2 milliards de dollars, revue à la hausse à 4,7 milliards de dollars. Mais la signature du prêt n’a pas eu lieu.

— En 2015, et à ce jour, le gouvernement refuse de présenter toute demande d’emprunt auprès du FMI.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique